RTFlash

Un singe commande par la pensée le bras de son congénère !

Une équipe de recherche américaine de l'Université Cornell est parvenue à appareiller un singe de telle sorte qu'il puisse commander par la pensée le bras de l'un de ses congénères provisoirement paralysé. Cette expérience prolonge celle qui avait permis en 2012 à une femme devenue tétraplégique à la suite d'un AVC de commander par la pensée un bras articulé.

Dans ces travaux, un macaque rhésus paralysé provisoirement avec des produits d'anesthésie, a pu réaliser des tâches que lui commandait par la pensée un autre singe, à l'aide d'une manette.

"Nous avons pu établir qu'un sujet peut contrôler un bras paralysé uniquement par sa pensée", souligne Maryam Shanechi, co-auteur de l'étude.

Dans ce montage expérimental, l'activité cérébrale du singe "maître" est captée par des électrodes puis transmise à un système informatique qui l'analyse avant de la renvoyer sous forme de stimulation neuronale dans la moelle épinière du singe "esclave "paralysé. Ce dernier est alors contraint d'effectuer la tâche commandée cérébralement par son congénère.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Toyota fait entrer la réalité virtuelle à l'usine

    Toyota fait entrer la réalité virtuelle à l'usine

    Le constructeur automobile japonais Toyota Motors travaille actuellement sur le déploiement de casques de réalité virtuelle Microsoft HoloLens sur ses lignes de production afin de répondre à ...

  • Un pas de plus vers un cerveau artificiel

    Un pas de plus vers un cerveau artificiel

    Cette percée réalisée par des équipes des universités de Münster (Allemagne), d'Oxford et d'Exeter (Royaume-Uni) ouvre la voie à la création d'ordinateurs dont le fonctionnement ressemblera à celui ...

  • Des robots font dialoguer les poissons avec les abeilles

    Des robots font dialoguer les poissons avec les abeilles

    A priori, poissons et abeilles n’auraient ni l’occasion de se rencontrer, ni grand-chose à se raconter. Des chercheurs de l’EPFL et de quatre autres institutions Européennes membres du projet ...

Recommander cet article :

back-to-top