RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Sexe et autisme : des relations complexes

L'autisme, un grave trouble envahissant du développement, touche beaucoup plus les garçons que les filles puisqu'en moyenne il est posé un diagnostic d'autisme pour les filles contre six pour les garçons. Mais cette différence très importante liée au sexe n'a toujours pas trouvé d'explication satisfaisante jusqu'à présent.

Pour tenter de mieux comprendre les éventuelles bases génétiques de cette profonde disparité, des chercheurs suisses et américains ont analysé les génomes de plus de 15.000 patients souffrant de différents troubles du développement. Ces scientifiques ont également analysé le génome d'enfants autistes, inclus dans la cohorte Simons Simplex Collection (SSC) qui présente l'intérêt et la particularité uniques au monde de rassembler des données sur les parents et la fratrie de familles dans lesquelles un seul enfant est atteint d'autisme.

Dans cette étude, les chercheurs se sont plus particulièrement focalisés sur certaines variations génétiques, appelées CNV et SNV et ont étudié environ 1300 gènes particulièrement impliqués dans le développement cérébral.

Les résultats montrent une présence sensiblement plus importante des mutations CNV et SNV dans l'ADN des filles que dans celui des garçons. Selon Sébastien Jacquemont qui a dirigé cette étude, "ces résultats suggèrent qu'à nombre d'atteintes génétiques égal, les filles s'en sortiraient mieux que les garçons car leur cerveau serait plus apte à compenser les effets de certaines mutations".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

AJHG

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • J.T.

    1/10/2014

    J'ai eu un neveu autiste, avec ma soeur, sa mère, anxieuse après un séisme vécu au Maroc en 1969 à la naissance..., ce qu'elle n'a pas eu la naissance d'avant avec son premier enfant, une fille née normale.
    L'autisme ne serait-il pas chez l'enfant une réaction de protection au stress trop grand de la mère, intra-utérin ou même extra-utérin post natal, puisque l'enfant ressent tout, et même chez sa mère sa peur du sexe masculin, si avec un passé affectif trouvé difficile avec les hommes..., d'où cet écart ?

  • back-to-top