RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Rôle clé des neutrophiles dans l’immunité induite par les immunothérapies antivirales

Des chercheurs de l’Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier ont mis en évidence le rôle inattendu mais majeur des polynucléaires neutrophiles (PNN) dans l’efficacité thérapeutique de la réponse immune antivirale.

Les anticorps (Ac) sont des molécules produites par le système immunitaire pour se défendre contre les agents infectieux et les cellules cancéreuses. Certains d'entre eux, les anticorps monoclonaux (AcM), peuvent être produits en masse pour traiter diverses pathologies : cancers, pathologies inflammatoires, maladies infectieuses… Ils constituent la plus grande classe actuelle de médicaments biothérapeutiques.

Ces dernières années, ils ont été considérés avec de plus en plus d'intérêt pour traiter des infections virales chroniques graves comme celle par le VIH (Virus de l’immunodéficience humaine) mais aussi par d’autres virus contre lesquels les traitements actuels sont encore insuffisants.

La plupart des AcM anti-viraux ont été sélectionnés via leur effet direct sur la propagation virale sans considérer leur capacité potentielle à exercer des effets immunomodulateurs. En utilisant un modèle préclinique d’infection virale persistante chez la souris (l’infection par le rétrovirus FrCasE), les chercheurs ont montré qu'une immunothérapie courte par un AcM neutralisant, outre l’effet antiviral direct, exerce aussi un effet de type "vaccinal" (immunité antivirale protectrice à long-terme).

Si cette observation est applicable à l'homme, ce que suggèrent des expériences publiées récemment chez des patients infectés par VIH et traités par des AcM fortement neutralisants, ceci se traduirait par un bénéfice thérapeutique direct pour les patients mais aussi pour la société en réduisant les coûts des thérapies par AcM. Il est donc important d’identifier les mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans l’induction de tels effets vaccinaux par les AcM.

Après avoir montré le rôle crucial des complexes "immuns" (formés entre le virus et l’AcM) dans l’activation de différentes cellules du système immunitaire aboutissant à l'induction d'une immunité antivirale protectrice, les chercheurs se sont particulièrement intéressés aux polynucléaires neutrophiles, qui représentent 50 à 70 % des leucocytes du sang circulant chez l’Homme.

Les PNN ont un rôle essentiel dans l’élimination de pathogènes et, outre leur pouvoir microbicide, sont apparus récemment comme des cellules clés dans l’orchestration des réponses immunes. Grâce à l’utilisation du modèle d’infection FrCasE, les scientifiques ont établi que les PNN ont un rôle central dans la protection antivirale de souris infectées traitées avec un AcM neutralisant alors que, de manière intéressante, ils n’ont pas de rôle dans la limitation de la propagation virale.

Cette limitation est assurée par d’autres cellules effectrices du système immunitaire (comme les cellules tueuses naturelles, “natural Killer”; NK). En revanche, les PNN ont un rôle crucial dans l’induction des effets vaccinaux car, lors de l’immunothérapie par AcM, ils acquièrent des propriétés immunomodulatrices et induisent une forte réponse humorale antivirale protectrice à très long-terme.

Ces travaux ouvrent de nouvelles voies pour améliorer les immunothérapies antivirales. Ils suggèrent que la préservation des fonctions et de la quantité de neutrophiles circulants pourrait être nécessaire pour obtenir l'immunité protectrice induite par les AcM antiviraux.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CNRS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top