RTFlash

Avenir

Un robot amphibie polyvalent

Des roboticiens de l’université Ben Gourion du Néguev (Israël) ont créé ce qu’ils présentent comme « l’un des robots amphibies les plus rapides et les plus efficaces » en s’inspirant de la nature. Si ce type de biomimétisme est fréquent en robotique, dans le cas présent, les concepteurs sont allés plus loin en reproduisant les aptitudes de trois animaux qu’ils ont combinées pour rendre leur robot aussi performant sur terre que dans l’eau.

Ainsi, AmphiSAW imite la manière dont les salamandres et les serpents ondulent pour nager et la manière dont le mille-pattes se déplace sur le sol. Pour se mouvoir, le robot utilise un mécanisme dont les pièces ont été fabriquées avec une imprimante 3D. L’abdomen associe un ressort hélicoïdal horizontal dont le mouvement actionne 14 palettes reliées entre elles qui tournent dans l’eau telles les roues d’un bateau à aubes. Ce mécanisme ingénieux est actionné par un moteur électrique logé dans la tête d’AmphiSAW. Deux autres moteurs contrôlent le gouvernail situé à l’extrémité de la queue et les deux roues/pattes dont le robot se sert pour passer de l’eau à la terre ferme et progresser au sol.

AmphiSAW peut être télécommandé à distance ou programmé pour suivre des points de repère GPS en autonomie. Avec 51 cm de long pour 16 cm de large et 1,2 kg sur la balance, ce robot se veut rapide, simple et abordable. Selon l’équipe qui l’a mis au point, il présente « le coût de transport le plus bas parmi tous les robots amphibies répertoriés dans la littérature ». Lors des tests, AmphiSAW a rampé au sol à une vitesse de 1,5 longueur de corps par seconde et a nagé en surface à 0,74 longueur de corps par seconde. En ajoutant les roues au niveau de la tête, la vitesse au sol a sensiblement augmenté à 4 longueurs de corps par seconde tandis que celle en nage a quasiment doublé.

Cependant, dans leur article publié par la revue Bioinspiration & Biomimetics, les ingénieurs constatent que les roues occasionnent une traînée importante dans l’eau, ce qui a une incidence sur la consommation d’énergie et donc l’autonomie de la batterie. Mais ils expliquent que tout l’intérêt de ce design est qu’il peut évoluer selon l’utilisation. Ainsi, les roues peuvent être retirées si le robot évolue seulement dans l’eau. On pourrait également faire varier sa taille en fonction de la mission qu’il doit accomplir. L’équipe de l’université Ben Gourion le voit notamment servir pour l’aquaculture, la recherche marine ou encore des interventions de secours.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science & Vie

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • natalie321

    10/04/2024

    In my opinion, AmphiSAW is a promising design with its biomimicry and modularity. Addressing the drag issue and exploring build now gg speed improvements could make it even more impactful.

  • back-to-top