RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Restriction calorique chez des sujets jeunes : un effet métabolique positif

Peu d'études ont été réalisées pour évaluer sur le long terme les effets métaboliques d' une restriction calorique légère menée pendant plus d’un an chez des sujets jeunes (âgés de moins de 50 ans), en bonne santé.

Dans une étude de phase 1, l’étude CALERIE 1, dirigée par le Docteur Krauss (Centre médical de l'Université Duke à Durhma-Caroline-du-Nord), trois sites cliniques ont testé différentes restrictions caloriques dans des études qui ont permis de préparer une étude de phase 2 dont les résultats sont maintenant rapportés dans le Lancet Diabetes Endocrinol.

L’étude CALERIE 2 est une étude de phase 2 multicentrique, randomisée, menée chez des sujets des 2 sexes, de 21 à 50 ans, dont l’IMC allait de 22 à 27.9 kg/m2. L’étude a été menée dans 3 centres cliniques aux Etats-Unis. Les participants étaient assignés de manière randomisée soit à un régime dont l’apport calorique était réduit de 25 % ou à un régime où ils pouvaient manger à volonté.

Entre mai 2007 et février 2010, 143 sujets, soit 66 % de la cohorte, ont été assignés à la restriction calorique de 25 % par rapport à leur prise calorique habituelle et 75 (soit 34 % de la cohorte) ont poursuivi leur diététique habituelle. Les individus du groupe restriction calorique ont obtenu une réduction moyenne de la consommation calorique de 11,9 %, passant de 2 467 calories à 2 170 calories alors que les patients du groupe témoin sans régime ont réduit leurs apports caloriques de 0,8 %.

La réduction moyenne du poids a été de 7.5 kg dans le groupe restriction calorique et de + 0,1 kg dans le groupe témoin (71 % de la perte pondérale correspondaient à une perte de masse grasse). La restriction calorique était par ailleurs associée à une réduction persistante et significative de tous les facteurs de risque cardio-métaboliques conventionnels mesurés entre 0 et 2 ans avec une réduction du LDL cholestérol, du cholestérol total, du rapport cholestérol total/HDL cholestérol et de la pression artérielle systolique et diastolique.

De plus, la restriction calorique s’accompagnait d’une amélioration significative à 2 ans de la CRP, de l’index de sensibilité à l’insuline et du score de syndrome métabolique en comparaison des témoins. Une analyse de sensibilité a révélé que la réponse était robuste après contrôle pour les variations liées à la perte de poids. En conclusion, deux ans de restriction calorique modérée (25 %) réduisent de manière significative les différents facteurs de risque cardio-métaboliques chez des adultes jeunes et non obèses.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

NCBI

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top