RTFlash

Le réchauffement climatique aura des conséquences sur la qualité nutritionnelle des productions agricoles

On le sait, les émissions humaines de CO2, après plusieurs années de stabilisation, sont hélas  reparties à la hausse, avec 41 gigatonnes en 2017. Une étude américaine vient de confirmer que cette hausse continue des émissions de CO2 dans l'atmosphère faisait perdre au riz une partie de sa valeur nutritionnelle, une conséquence potentiellement catastrophique pour des millions de gens en Asie chez qui le riz fait partie de l'alimentation de base.

"Nos travaux démontrent que le réchauffement climatique et en particulier les gaz à effet de serre, le dioxyde de carbone, peuvent avoir un impact sur le contenu nutritionnel des plantes que nous mangeons ; l'effet pourrait être dévastateur dans les pays consommateurs de riz, où environ 70 % des calories et la plupart des nutriments viennent du riz", souligne le coauteur Adam Drewnowski, professeur d'épidémiologie à l'Université de Washington.

L'expérience menée par les chercheurs a consisté à planter 18 variétés de riz différentes dans des champs au Japon et en Chine, avec certaines parties entourées d'un octogone de plastique de 17 mètres de large, à l'intérieur duquel la concentration en CO2 a été augmentée pour simuler celle qui est prévue au milieu du siècle, soit 568 à 590 parties par million contre 400 ppm aujourd'hui.

Résultat : le fer, le zinc, les protéines et les vitamines B1, B2, B5, et B9, qui aident le corps à convertir la nourriture en énergie, ont vu leur concentration réduite dans les riz ainsi cultivés, par exemple de 10,3 % pour les protéines. L'une des raisons suggérées est que la hausse du taux de CO2 augmente le contenu en glucides de la plante au cours de la photosynthèse, réduisant les protéines et minéraux.

Une autre étude, publiée l'an dernier par des chercheurs d'Harvard, avait conclu que le réchauffement climatique pourrait réduire le contenu en protéines de nombreux aliments, dont le riz, le blé, l'orge et les pommes de terre. Avec comme risque, à l'horizon 2050, de voir 150 millions de personnes supplémentaires souffrir de carence en protéines.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Advances

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top