RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Radiothérapie et immunothérapie : une synergie pour certains cancers du poumon

Une étude américaine présentée dans le cadre des rencontres annuelles de la société américaine de radiothérapie montre que traiter conjointement par radiothérapie et anti-CTLA-4 ipilimumab des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (NAPC) métastatique en échappement d’une première ligne de traitement permet une réponse objective chez 18 % des patients et une stabilisation des lésions chez 31 % d'entre-eux.

Cette étude a été conduite sur 39 patients présentant un cancer du poumon NAPC métastatique (41 % de métastases cérébrales contrôlées par radiothérapie ou chirurgie à l’inclusion) déjà traités par radiothérapie ou chimiothérapie. L’un d’entre eux avait déjà reçu – sans succès – une immunothérapie. Ils ont reçu simultanément une radiothérapie ciblée sur l’un des métastases (à dose palliative 6 ou 9GyX5) et de l’ipilimumab. Seuls 21 des 39 patients ont pu recevoir les 4 cycles d’ipilimumab, 9 autres patients ont progressé sous traitement et 8 sont décédés.

Une réponse objective a été notée chez 18 % des patients inclus (7 sur 39) ou chez 33 % des patients évaluables (7 sur 21). En outre, la maladie a été considérée comme stabilisée pour 5 des personnes ayant reçu les 4 cycles d’immunothérapie. Un contrôle de la maladie a donc été possible chez 31 % des patients.

Ce nouveau bénéfice thérapeutique pourrait résulter d' une majoration du nombre des lymphocytes T CD8 reconnaissant l’expression d’un néo-antigène stimulé par l’irradiation locale. Les chercheurs admettent néanmoins que les mécanismes sous-tendant cette réaction restent encore peu clairs, même si une majoration de la concentration sérique en interféron bêta, qui pourrait avoir stimulé les lymphocytes T, a été observée chez la plupart des patients de l’étude.

Pour les auteurs, « ces résultats, qui s’ajoutent à ceux récemment obtenus avec l’utilisation conjointe de nivolumab (anti PD-1) et de l’ipilimumab chez des patients atteints de cancers NAPC naïfs de toute chimiothérapie, laissent à penser que l’immunothérapie prendra de plus en plus de place dans le traitement initial de ces tumeurs à l’avenir ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Onclive

NCBI

NEJM

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top