RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Pour prévenir la maladie d'Alzheimer : régime cétogène ou méditerranéen ?

On savait déjà que les acides gras polyinsaturés à longue chaîne, oméga 3 et oméga 6, étaient indispensables au bon fonctionnement du cerveau et neuroprotecteurs. Mais, selon une équipe de scientifiques de l'école de médecine de l'Université Johns Hopkins, aux Etats-Unis, certaines matières grasses permettraient de ralentir l'apparition de la démence.

Dans leur étude, publiée dans la revue Journal of the Alzheimer Disease, les scientifiques annoncent qu'un régime cétogène permettrait de stimuler les capacités cognitives des personnes atteintes de démence. Dans les grandes lignes, le régime cétogène se caractérise par un apport riche en graisses, mais pauvre en sucres.

"En pratique, c'est un régime très difficile à suivre", souligne  le Professeur Luc Cynober, chef du service de biochimie à l'hôpital Cochin. Le régime cétogène proscrit les aliments à base de céréales, les légumineuses, certains féculents, les sucreries et le lait. En revanche, il prône les aliments riches en gras et en protéines comme les huiles végétales, le beurre, les oeufs et les viandes, les poissons gras... Après avoir analysé les données médicales de 14 patients souffrant des premiers signes de la maladie d'Alzheimer, les chercheurs ont en effet constaté un effet positif chez ceux ayant suivi un régime cétogène.

En revanche, les personnes ayant adopté le régime méditerranéen n'avaient vu aucune amélioration de leur mémoire immédiate, ce qui semble en contradiction avec plusieurs autres études, notamment une étude réalisée en 2016 par des chercheurs de l'Université de Californie à Los Angeles. Ceux-ci ont soumis près de 1 000 patients à des questionnaires réguliers durant quatre ans et demi. Ils ont pu constater que le risque de démence et de perte de mémoire avait diminué de 53 % chez les personnes qui avaient adopté le régime méditerranéen…

D'autres études épidémiologiques de grand ampleur seront donc encore nécessaires pour mieux évaluer les effets intrinsèques des différents régimes alimentaires sur le cerveau et leur pouvoir préventif en matière de déclin cognitif et de démences.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

NCBI

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top