RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La pollution automobile accroît les risques de crise cardiaque

Les personnes prédisposées à des crises cardiaques triplent les risques d'infarctus quand elles sont dans le trafic automobile, qu'elles se trouvent dans une voiture, un bus, sur une moto ou un vélo, selon une étude réalisée en Allemagne et publiée mercredi dans la revue médicale américaine, The New England Journal of Medicine (NEJM).Les chercheurs ont interrogé un groupe de 691 personnes, en majorité des hommes ayant survécu à une attaque cardiaque, dont 70% étaient âgés d'au-moins 55 ans, et vivant dans les environs d'Augsburg, une ville au sud-ouest de l'Allemagne avec 260.000 habitants. Elles ont été questionnées sur leurs activités pendant les quatre jours ayant précédé leur infarctus. L'étude a également éliminé les effets de l'exercice vigoureux pour ceux qui faisait du vélo aussi bien que le stress matinal auquel on lie des attaques cardiaques. Les sujets étaient surtout en déplacement dans Augsburg mais aussi pour d'autres dans des villages et sur des routes de campagne. L'analyse des réponses a montré que les personnes du groupe avaient trois fois plus de chances d'avoir une crise cardiaque dans l'heure suivant leur présence dans le trafic automobile que durant leurs activité loin du trafic, ont indiqué ces chercheurs. "Le plus surprenant c'est l'effet immédiat du trafic --moins d'une heure-- et son ampleur", a souligné le Dr. Annette Peters, qui dirigeait l'équipe de chercheurs. Nombre de recherches ont établi depuis longtemps le lien entre les maladies respiratoires et la pollution atmosphérique. Mais depuis ces dernières années des études ont révélé que des particules microscopiques de substances polluantes en suspension dans l'air affectent aussi le coeur et les vaisseaux sanguins. L'étude allemande, financée en partie par l'Agence américaine pour la protection de l'environnement (EPA), met en lumière le risque immédiat d'attaque cardiaque provoquée par la pollution. Cela pourrait s'expliquer selon ces chercheurs par un réflexe du système cardio-vasculaire au contact de micro-contaminants en suspension dans l'air pouvant perturber le rythme cardiaque.

NEJM : http://content.nejm.org/cgi/content/short/351/17/1721

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top