RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Un nouvel angle d'attaque biologique contre les moustiques

Les moustiques propagent de nombreuses maladies, parmi lesquelles le paludisme, transmis par les moustiques Anophèles, et la filariose, transmise par les moustiques Culex. La toxine BinAB, produite sous forme de nano-cristaux par la bactérie Bacillus sphaericus, cible spécifiquement les larves de ces deux groupes de moustiques. Une intoxication complexe en cinq étapes explique la sureté environnementale de la toxine BinAB, inoffensive pour les autres insectes, les crustacés et l’être humain. BinAB est ainsi utilisée dans de nombreux pays pour réguler les populations de moustiques.

Hélas, la force de BinAB est aussi sa faiblesse : la toxine est inefficace sur les larves des moustiques Aedes, vecteurs de la dengue, du Zika et du chikungunya. Un remodelage de BinAB pourrait permettre d’étendre son spectre d’action, mais encore faudrait-il connaitre sa structure. La cristallographie aux rayons X est une méthode de choix pour révéler la structure d’une protéine, mais elle s’applique généralement à de gros cristaux, d’un dixième de millimètre environ. Or les nano-cristaux de BinAB formés in vivo ne mesurent que quelques dix-millièmes de millimètre et la toxine dissoute ne recristallise pas.

Un consortium international de scientifiques réunis autour de Jacques-Philippe Colletier, chercheur CNRS à l’Institut de biologie structurale (CNRS/CEA/Université Grenoble Alpes), Brian Federici, professeur à l’Université de Californie à Riverside (UCR), et David Eisenberg, professeur à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), vient de publier cette structure, résolue à partir des nano-cristaux naturels.

Face à la taille très petite des cristaux, ils ont eu recours à une source de rayons X d’un nouveau type, un laser à électrons libres, dont la particularité est de délivrer des pulses de rayons X ultra-courts mais très intenses. Ainsi, la structure de BinAB est non seulement la première structure résolue à partir de cristaux si petits, mais elle est aussi la première structure inconnue résolue de novo dans un laser à électrons libres.

En outre, connaître la structure de BinAB ouvre la voie vers une extension de son spectre d’action. Le but : développer une toxine « trois en un » visant les larves des trois types de moustiques : les Aedes (en vue notamment de contrer la progression du virus Zika), les Culex (vecteurs de la filiarose) et les Anopheles (vecteurs du paludisme).

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CEA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top