RTFlash

Un nouveau traitement contre le cancer

Des scientifiques britanniques ont obtenu des résultats très encourageants en combinant un nouveau médicament, appelle Combretastatin, et de la radiothérapie. Dans les essais pré-cliniques sur des tumeurs humaines implantées chez la souris, les chercheurs du "Royal Free Hospital" de Londres ont observe 85 % de rémission complète à 9 mois. La Combretastatin, qui a été découverte dans l'écorce des buissons d'osier africains, détruit les capillaires sanguins qui se forment pour alimenter la tumeur. Ce médicament est déjà donne, seul, pour traiter certains cancers. Mais contrairement a ce qui été observe chez la souris (95 % de rémission, mais souvent suivi d'une rechute), la réponse n'a pas été très bonne chez l'homme. L'idée innovante dans ce traitement est de combiner ce médicament avec une nouvelle technique de radiothérapie, utilisant des anticorps sur lesquels sont accrochées des "têtes de missiles" radioactives. Le professeur Richard Begent, qui a mené l'étude, souhaite pouvoir commencer bientôt des essais cliniques chez l'homme. Si les essais sont concluants, le nouveau traitement pourrait être accessible, pour traiter la majorité des cancers solides, d'ici 5 ans.

ST Royaume Uni : http://www.adit.fr

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • L’avocat protège le cœur

    L’avocat protège le cœur

    Une étude prospective qui a suivi plus de 110 000 hommes et femmes pendant plus de 30 ans suggère que manger deux portions d'avocat par semaine réduit le risque de développer une maladie ...

  • L’huile d’olive, un trésor de bienfaits pour la santé…

    L’huile d’olive, un trésor de bienfaits pour la santé…

    L’huile d’olive n’en finit pas de dévoiler ses vertus. Une étude de l’Université de Barcelone avait déjà montré que sa consommation régulière réduisait sensiblement les risques de cancer du côlon. ...

  • Des pansements intelligents au peroxyde d'hydrogène

    Des pansements intelligents au peroxyde d'hydrogène

    Des chercheurs de la Mayo Clinic (Rochester) et de l’Université de l’État de Washington ont mis au point des pansements électroniques au peroxyde d’hydrogène, mais sans antibiotique. Ces pansements ...

Recommander cet article :

back-to-top