RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Des neurones issus de cellules-souches embryonnaires donnent des résultats prometteurs chez le rat

la première fois, des chercheurs ont réalisé une greffe de neurones issus de cellules-souches embryonnaires pour restaurer partiellement la fonction locomotrice chez des rats paralysés. Les chercheurs, dirigés par Douglas Kerr, Professeur à l'école de médecine de l' Université Johns Hopkins, et soutenus par le NIH, ont employé une combinaison des neurones transplantés, de substances chimiques capables d'ignorer les signaux qui empêchent la croissance des axones et de trois facteurs de croissance nerveux. « Ce travail constitue une avancée remarquable qui confirme que les cellules-souches peuvent être utilisées pour restaurer des fonctions nerveuses et musculaires altérées par la maladie, souligne Elias A. Zerhouni, directeur des instituts nationaux de la santé. Mais celui-ci prévient : "Il nous reste encore un long chemin à parcourir pour maîtriser cette technique de greffe neuronale et pouvoir la généraliser".

Les neurones ont été transplantés dans huit groupes de rats paralysés. Chaque groupe a reçu une combinaison différente de traitements. Au bout de trois mois, les chercheurs ont pu constater que chez les rats ayant bénéficié du "cocktail" associant neurones, substances chimiques et facteurs de croissance, plusieurs centaines d'axones s'étaient reconstitués, plus que dans tous les autres groupes. Les axones ont en outre atteint le muscle de la patte inférieure et ont formé des connexions synaptiques fonctionnelles avec le muscle. Au terme de cette étude les chercheurs ont noté une augmentation de 50 % du nombre de neurones et une amélioration d'également 50 % de la force de préhension de la patte inférieure. Six mois après les greffes, 75 % de rats traités avaient regagné une bonne préhension.

Des études précédentes avaient déjà montré que les cellules-souches pouvaient en partie restaurer la fonction locomotrice chez des animaux dont la moelle épinière était lésée mais cette étude est la première à montrer que les neurones transplantés peuvent former les connexions fonctionnelles dans un système nerveux mammifère adulte.

SD

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top