RTFlash

Le monde aura épuisé son crédit carbone d'ici 2034

Le cabinet PriceWaterhouseCoopers (PwC) a publié une étude selon laquelle la plupart des grandes puissances, et notamment l'Union européenne, sont en retard dans la réduction de leurs émissions de CO2 depuis 2000. "Pour la période 2000-2008, le dépassement cumulé du crédit mondial ou "dette carbone", est estimé à environ 13 milliards de tonnes de dioxyde de carbone, soit à peu près l'équivalent des émissions annuelles de carbone cumulées de la Chine et des USA en 2008" précise le PwC dans son rapport.

Cette étude, confirmant deux autre études publiées en 2009 dans "Nature" (Voir mon éditorial du 4-12-2009) confirme que si la communauté internationale continue à ce rythme, elle aura épuisé d'ici 2034 son crédit carbone de 1300 milliards de tonnes pour la période 2000-2050. Cette limite a été fixée pour maintenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, un seuil préconisé par les experts du climat pour éviter que ne se produisent les pires scénarios.

Dans son rapport, PwC indique également que l'intensité carbone qui se définit par la quantité de gaz à effet de serre rejetée pour chaque unité du revenu national produit, n'a diminué que de 0,8 % par an. Or c'est une baisse annuelle de 3 % qui est jugée nécessaire pour revenir à des taux de pollution raisonnables. Si l'on en croit les calculs de PwC, l'intensité carbone mondiale devra être réduite de 85 % entre 2008 et 2050 pour que soient évités les impacts les plus destructeurs du réchauffement climatique, tels que de puissants cyclones, la montée du niveau des mers ou encore la désertification.

PWC

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Nouvelle théorie sur l'origine de l'eau sur Terre

    Nouvelle théorie sur l'origine de l'eau sur Terre

    D’où vient l’eau, présente en si grande quantité sur Terre ? Selon des chercheurs français, notre planète aurait été, dès son origine, riche en eau, vraisemblablement contenue en abondance dans les ...

Recommander cet article :

back-to-top