RTFlash

La tectonique des plaques contrôle l’oxygénation des océans

L’oxygénation des océans à l’échelle des temps géologiques est-elle majoritairement dictée par le niveau d’oxygène dans l’atmosphère ? C’est ce qui était jusqu’alors supposé, mais une nouvelle étude publiée dans Nature le 17 août 2022 suggère que non. D’après les travaux des scientifiques du laboratoire Biogéosciences (CNRS/UBFC), en association avec le Departement of Earth and Planetary Sciences de l’Université de Californie, ce sont les mouvements des plaques tectoniques qui auraient joué un rôle dans l’oxygénation des océans.

Pour le démontrer, les scientifiques ont utilisé un modèle de climat en trois dimensions pour recréer les conditions sur Terre entre moins 540 millions d’années et aujourd’hui, en prenant notamment en compte les courants de circulation océanique. Dans leur modèle, les scientifiques ont fait varier la position des continents tout en gardant la concentration atmosphérique en oxygène constante.

Résultat, la concentration en oxygène des océans augmente, malgré un niveau d’oxygène constant dans l’atmosphère. Pour la première fois, cette nouvelle publication démontre donc que ces deux niveaux d’oxygène sont largement indépendants. L’oxygène étant vital aux animaux marins, ces résultats mettent en évidence un rôle jusque-là sous-estimé de la tectonique des plaques dans l’évolution de la biodiversité océanique à l’échelle des temps géologiques.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CNRS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Une partie de l’eau de la Lune proviendrait de la Terre

    Une partie de l’eau de la Lune proviendrait de la Terre

    Une étude réalisée par des chercheurs Tchèques et Américains montre que plusieurs milliers de kilomètres cubes d’eau se seraient évaporés il y a des millions d’années et pourraient finalement se ...

  • Le noyau terrestre révèle sa vraie nature…

    Le noyau terrestre révèle sa vraie nature…

    Contrairement à ce qui était largement admis par la communauté scientifique, le noyau interne de la Terre n'est pas une boule solide faite d'alliage de fer, mais il est relativement mou et pâteux, ...

Recommander cet article :

back-to-top