RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Médecine neurorégénérative : un pas en avant avec des cellules souches

En matière de thérapie cellulaire, les résultats tombent plus vite que n'avance le débat sur le recours aux cellules embryonnaires. Derniers en date, les résultats publiés par deux équipes qui furent déjà pionnières dans l'isolement de cellules souches embryonnaires. Ces deux équipes ont chacune développé un protocole permettant d'obtenir des cellules souches neurales, agrégées sous forme de sphères neurales, à partir de cellules souches embryonnaires. Les deux protocoles diffèrent quelque peu. Le plus simple, a priori, est le protocole israélien, dans lequel la différenciation est induite par culture de cellules souches embryonnaires, sans repiquage et sans renouvellement du milieu nutritif dans la boîte. Dans cette situation de « surculture » (overgrowth), une différenciation spontanée de certaines cellules souches embryonnaires en cellules souches neurales avait déjà été rapportée par l'équipe. Cette fois, les chercheurs ont simplement poussé le travail plus loin, en repérant les cellules différenciées au microscope, pour les prélever et les cultiver en présence de FGF et EGF (Fibroblast et Epidermal Growth Factor), pour aboutir à des structures agrégées très analogues aux sphères neurales, et contenant effectivement principalement des cellules souches neurales. Le protocole américain est un peu plus sophistiqué et comporte notamment une étape de formation de rosettes neurales, structures proliférantes mimant la formation du tube neural, et une sélection enzymatique - et non plus simplement manuelle - des cellules souches neurales. Les suites données par les deux équipes sont également identiques : les cellules obtenues ont été injectées dans le SNC de rats nouveau-nés (équipe israélienne) ou de souris (équipe américaine). Les résultats, enfin, concordent, puisque les cellules greffées ont migré vers différentes régions cérébrales, cortex, thalamus, striatum, hippocampe, hypothalamus, mésencéphale. Le point important est que ces migrations ne paraissent pas aléatoires, ce qui semble indiquer que les cellules souches greffées ont bien répondu aux signaux du SNC des animaux receveurs. L'hypothèse est d'ailleurs renforcée par la corrélation entre la différenciation supplémentaire subie par les cellules greffées et leur localisation cérébrale. Ainsi, une différenciation en neurones a été constatée dans le bulbe olfactif, là où cette différenciation s'opère normalement après la naissance, tandis qu'une différenciation en astrocyte a été constatée dans la matière blanche sous-corticale, là où la différenciation des neurones est en principe achevée. Mais dans une perspective d'utilisation médicale, il faut s'assurer que la greffe est bien dénuée de risque. Ces travaux constituent, pour leurs auteurs, un premier pas vers l'utilisation des cellules souches embryonnaires, « outils utiles pour la recherche en neurosciences et à la médecine régénérative ».

Quotidien du Médecin : http://www.quotimed.com/

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top