RTFlash

Les maladies cardio-vasculaires mieux soignées dès 2007

Une nouvelle génération de médicaments plus efficaces dans le traitement des maladies cardio-vasculaires, du diabète et de l'obésité verra le jour en 2007 ou 2008, a annoncé mercredi le professeur Jean-Charles Fruchart, de l'Institut Pasteur de Lille. L'équipe du professeur Fruchart travaille depuis 1992 sur des molécules, les PPAR (peroxisome proliferator activator receptors), qui, lorsqu'elles sont activées, modifient l'expression des gènes pour notamment augmenter le taux de bon cholestérol. Le professeur Fruchart, qui vient de recevoir la médaille d'or de la fondation des sciences médicales Giovanni Lorenzini pour ses avancées dans ce domaine, a souligné les "prévisions alarmantes" en terme de mortalité coronarienne, citant l'estimation de 11,1 millions de victimes dans le monde en 2020, en nette progression par rapport aux 8 millions enregistrées en 2000. Dans ce contexte, les PPAR représentent "un énorme espoir", a souligné le Pr Fruchart lors d'une conférence de presse. Les travaux de son équipe suscitent désormais l'intérêt de 25 entreprises pharmaceutiques dans le monde, parmi lesquelles Novartis, Roche, AstraZeneca ou Genfit, laboratoire dirigé par le Pr Fruchart. Ces différentes entreprises pharmaceutiques développent déjà des activateurs de PPAR. Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité adulte en France et dans le monde. Le diabète notamment touchait 118 millions de personnes dans le monde en 1995 et devrait concerner 221 millions de personnes en 2010.

Caducée : http://www.caducee.net/afp/edit.asp?id_depeche=15155

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top