RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

L'anglais régresse sur Internet

Si la tendance se maintient, l'anglais n'occupera plus en 2002 que le tiers du territoire de l'inforoute planétaire. L'heure est au multilinguisme. Parce que les fameux "nouveaux marchés à développer" ne parlent tout simplement pas anglais. Partout sur le WWW, on assiste déjà à une croissance phénoménale des sites et des contenus en "langue locale". Le phénomène n'est pas seulement mis en relief par des rapports très sérieux d'agences américaines, il tombe sous le sens. Depuis le temps qu'on nous rebat les oreilles en affirmant qu'Internet est l'instrument, "l'arme ultime" de la mondialisation des marchés, voilà qu'on se rend compte que ces nouveaux marchés à développer ne parlent tout simplement pas l'anglais. En termes clairs, cela signifie que si on veut faire des affaires avec les deux millions d'internautes chinois, il faudra leur parler chinois. Encore plus quand il y en aura 50 ou 300 millions! Pour Microsoft, les jeux sont faits: l'anglais cède le pas aux autres langues. En 2002, les Américains ne représenteront plus que le tiers des internautes. Aux États-Unis seulement, on prévoit dépenser plus de 17 milliards de dollars d'ici deux ans pour la traduction de sites Web. Et, coup de théâtre, on a alors appris que Windows 2000 et Office 2000 sont actuellement conçus sous une seule version code. Concrètement, cela signifie que la langue ne devient plus qu'une sorte de "personnalisation locale" du logiciel. Est-ce à dire que tous les grands fabricants de logiciels choisiront la solution du code unique? Qu'ils ne feront plus désormais affaire qu'avec des exploitants locaux se chargeant de la "localisation" de leurs produits? Et que cette localisation (entendre ici: "adaptation en langue locale du logiciel") reposera désormais sur l'intérêt que manifesteront les collectivités à travailler dans leur langue? Nouveau casse-tête à l'horizon! Voilà ce qui arrive quand on se met à manipuler des outils qui font de nous des citoyens du monde...

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top