RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Immunologie : le dogme sur l'activation des lymphocytes T remis en cause

Des chercheurs du laboratoire de neuro-oncologie à la Rockefeller University à New-York (EU) publient dans la revue Nature Immunology leurs travaux proposant un nouveau modèle pour expliquer l'activation des lymphocytes T CD8+ appelés cellules tueuses ou cytotoxiques. Les lymphocytes T CD8+ appelés aussi 'Natural Killers' (NK cells), lorsqu'ils sont activés par des cellules immunitaires présentatrices d'antigènes comme les cellules dendritiques, peuvent détruire des cellules cancéreuses ou des cellules infectées par un virus. Les cellules dendritiques (CD) jouent le rôle de présentateurs d'antigènes vis-à-vis des cellules T NK. Jusqu'à présent, il était entendu que les CD représentaient l'unique source d'activation des cellules T CD8+ cytotoxiques. La nouvelle théorie proposée par Matthew Albert et Rober Darnell propose un rôle double des DC (cad activation + tolérance des lymphocytes T CD8+) qui sous-tend la nécessité d'un troisième signal, la présence d'un lymphocyte T helper CD4+ pour coactiver le lymphocyte T cytotoxique. Dans un modèle in vitro utilisant des lignées primaires de cellules humaines, les chercheurs ont reproduit ce qui se passe vraisemblablement in vivo. Ils ont montré que les cellules dendritiques phagocytaient les cellules apoptotiques (qui sont en train de mourir) et présentaient des épitopes associés aux molécules de classe I du complexe majeur d'histocompatibilité. En l'absence de cellules CD4+ helper, les cellules CD8+ n'ont pas développé de réponse cytotoxique alors qu'en présence de facteurs mimant le contact CD/lymphocyte CD4+, une réponse cytotoxique a été développée. « Notre travail démontre un nouveau mécanisme de régulation des cellules T cytotoxiques et suggère de nouvelles approches thérapeutiques pour se débarrasser de ces cellules chez des patients atteints de maladies auto-immunes, ou chez des patients transplantés », a commenté Matthew Albert, l'auteur principal de l'étude.

Nature Immunology 9 octobre 2001 : http://www.nature.com/nri/

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top