RTFlash

Identification d'une protéine fortement impliquée dans certaines maladies mentales

Une protéine cible, la DARPP32, pourrait être à l'origine de différents types de maladies neurologiques, telles la psychose et la schizophrénie. C'est en tout cas ce que révèle une étude américaine publiée dans la revue Science du 21 novembre. Per Svenningsson et ses collègues de l'Université Rockefeller de New York (Etats-Unis) ont étudié le mécanisme d'action de trois drogues, une amphétamine, le LSD et le PCP (Phencyclidine), qui agissent sur différentes activités neuronales. Chez les souris, ces stupéfiants miment les symptômes de diverses pathologies neurologiques. Bien qu'agissant sur plusieurs types de neurotransmetteurs, les trois drogues déclencheraient une réaction en chaîne qui dans tous les cas activerait une protéine cible, la DARPP 32. Cette dernière serait responsable des symptômes observés. Per Svenningsson a injecté les stupéfiants à des souris génétiquement modifiées qui n'expriment pas le gène codant pour la protéine. Aucun des rongeurs n'a montré un comportement psychotique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles recherches pour lutter contre les pathologies neurologiques.

S&Avenir :

http://permanent.sciencesetavenir.com/sci_20031120.OBS0061.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top