RTFlash

La France de plus en plus urbaine

L'urbanisation de la France métropolitaine se poursuit. Ainsi, en 1999, 45 millions de personnes vivaient dans une zone urbaine, contre 41 millions en 1990, selon une étude publiée le 5 avril 2001 par l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques). L'INSEE, qui base son étude sur le recensement de la population de 1999, constate donc que 77 % de la population métropolitaine habite désormais dans une aire urbaine, contre 73 % en 1990. Selon l'enquête, 21 % de la population totale des aires urbaines réside dans les couronnes périurbaines (17 % en 1990) qui rassemblent neuf millions d'habitants (sept millions en 1990). La part de la population qui vit dans les pôles urbains est plus stable, même si elle a également enregistré une progression, précise l'étude de l'INSEE. Les déplacements entre le domicile et le travail continuent de se multiplier et de s'allonger en France. Ainsi, en 1999, 60,9 % des actifs travaillaient hors de leur commune de résidence, alors qu'il n'étaient que 52,3 % à le faire en 1990 et 46,1 % en 1982. D'après cette enquête, l'augmentation du nombre et de l'amplitude de ces déplacements résulte de l'attraction exercée par les emplois situés dans les espaces fortement urbanisés. Autre constatation de l'étude: les trajets s'effectuent vers des villes situées en moyenne à 15 kilomètres de la commune de résidence. Mais les actifs vivant dans la couronne périurbaine de Paris parcourent des distances plus longues: 23,8 kilomètres en moyenne. En tout, plus des trois quarts des actifs habitant la périphérie des villes sont concernés par des déplacements intercommunaux. Selon l'étude de l'INSEE, les habitants des régions du Nord et du Nord-Est sont proportionnellement plus nombreux que ceux des régions de l'Ouest et du Sud à effectuer des navettes quotidiennes, mais les écarts se sont resserrés au cours de la dernière décennie. Par ailleurs, quelque 281.000 actifs travaillent dans un pays frontalier. Les actifs qui quittent la commune où ils vivent pour se rendre à leur travail sont appelés des ''migrants alternants'', précise l'INSEE. En 1999, ils représentaient environ 14 des 23 millions d'actifs ayant un emploi et résidant en France métropolaine.

INSEE : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/IP766.pdf

INSEE : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/IP767.pdf

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top