RTFlash

Matière

Une éolienne télescopique plus facile et moins chère à installer en mer

Elle ressemble à n'importe quelle éolienne offshore ; pourtant, elle est tout-à-fait spéciale : son installation en mer repose sur une technologie télescopique qui, d'après ses concepteurs, permet de gagner en rapidité et efficacité et de faire des économies. Ce prototype fournit déjà de l'électricité à 5000 foyers sur l'île espagnole de Grande Canarie.

Il faut une demi-heure de trajet en bateau depuis le port principal de l'île pour rejoindre cette éolienne de 5 mégawatts issue de recherches menées pendant près de quatre ans dans le cadre d'un projet européen appelé ELICAN. Ce qui la rend unique, c'est la manière dont elle a été construite et installée. Son socle en béton et sa tour ont été assemblés à terre, puis tractés d'un bloc par des remorqueurs classiques avant d'être ancrés en mer à une profondeur de trente mètres.

Les fondations ont été lestées avec de l'eau de mer. Puis les segments de la tour ont été déployés comme un tube télescopique. Juan Manuel Sánchez Herrero, ingénieur des mines au sein de l'entreprise Esteyco, partenaire du projet, décrit le prototype : « Ce prototype s'appuie sur deux grands systèmes : le premier, c'est sa plate-forme de fondation qui permet le lestage de la structure au fond de la mer. Le deuxième, __c'est le dispositif de levage intégré », poursuit-il, « qui déploie la tour et le rotor de manière télescopique jusqu'à sa position finale ». D'après l'équipe qui a développé cette éolienne, les coûts de mise en place ont été réduits de 35 % par rapport à ceux liés à l'installation d'éoliennes offshore classiques dont les éléments sont acheminés un à un et assemblés sur site. Quant aux opérations de maintenance, elles restent les mêmes selon les chercheurs.

Les ingénieurs affirment que leur concept peut facilement s'adapter aux plus grandes éoliennes offshore d'une puissance maximale de 12 mégawatts qui sont en passe de faire leur entrée sur le marché. Selon eux, il répond à l'exigence de stabilité. « Une éolienne offshore, c'est le pire des scénarios : le poids est très important sur la partie la plus élevée où l'on trouve le rotor, le centre de gravité est placé en hauteur et cela pose des problèmes de stabilité », fait remarquer José Serna, ingénieur civil au sein d'Esteyco. « C'est pour cela qu'on a opté pour une tour télescopique : en maintenant le rotor en bas, les charges sont plus basses et c'est essentiel pour garantir la stabilité de la structure pendant le transport sur l'eau, puis l'installation », souligne-t-il.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Euronews

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Le CO2, sous le soleil exactement !

    Le CO2, sous le soleil exactement !

    La découverte de nouveaux catalyseurs capables de transformer à moindre coût un déchet en produit à valeur ajoutée dans le domaine de l’énergie et de la chimie verte est un enjeu majeur pour une ...

  • Airbus va tester l'hydrogène sur des A380 dès 2025

    Airbus va tester l'hydrogène sur des A380 dès 2025

    Airbus prévoit son premier vol d'essai à hydrogène en 2025, avec un A380. L'avionneur français accélère sur son projet d'avion zéro émission (ZEROe). Pour ce faire, Airbus va créer deux centres de ...

  • Stocker l’énergie dans les océans

    Stocker l’énergie dans les océans

    Le groupe d’ingénierie Segula Technologies va lancer les études de conception et de réalisation de son démonstrateur baptisé Remora. Il s'agit d'une solution de stockage massif d’énergie en mer par ...

Recommander cet article :

back-to-top