RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Diabète : trois avancées importantes

A l'occasion du congrès annuel de l'Association Européenne pour l'Etude du Diabète (EASD), qui vient de se terminer à Lisbonne au Portugal, trois études intéressantes ont été présentées et ouvrent de nouvelles perspectives dans le traitement et la prise en charge du diabète.

Tout d'abord, des chercheurs grecs de l’École Médicale Universitaire d'Athènes ont constaté que le fait de prendre 6 repas quotidiens au lieu des trois repas traditionnels (à apport calorique journalier égal) permettait aux personnes obèses présentant un diabète de type 2 de mieux contrôler leur taux de sucre sanguin.

Ces travaux montrent que le fait de fractionner son alimentation en six repas permet une diminution sensible du taux d'hémoglobine glyquée (marqueur de la glycémie), chez les diabétiques de type 2. Chez les prédiabétiques, cette règle des six repas permet par ailleurs de lisser les pics d'insuline chez les patients présentant une forte intolérance au glucose, en retardant le temps mis par le glucose pour atteindre son niveau maximal après l'ingestion de sucres. Cette étude montre également que cette règle des six repas permet aux patients d'arriver plus vite à satiété et de ne pas prendre de poids.

La seconde étude, réalisée par des chercheurs anglais, a porté sur 12.000 individus âgés de 30 à 65 ans. Elle montre que les sujets qui consomment le plus de lait (entier ou écrémé), présentent une meilleure répartition entre leur masse grasse et leur masse maigre (os, muscle ), ce qui réduit les risques de maladies métaboliques comme le diabète de type 2. De manière intéressante, ces travaux précisent que cet effet protecteur semble limité au lait et ne concerne pas les autres produits laitiers, comme le beurre, le fromage ou les yaourts.

Enfin, la dernière étude a été menée pendant onze ans auprès de 3.000 hommes et femmes diabétiques par des chercheurs de l'Université de Porto. Elle montre que les femmes diabétiques qui consomment le plus de caféine présentent un risque de mortalité plus faible que celles qui boivent peu ou pas de café.

Selon ces travaux, la consommation régulière d'une seule tasse de café par jour permettrait, chez ces patientes, une diminution de la mortalité toutes causes confondues (diabète, cancer et maladies cardiovasculaires) de 51 %...

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

EASD

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top