RTFlash

Vivant

Dépister la maladie d'Alzheimer avec une goutte de sang

Des chercheurs du Centre allemand des maladies neurodégénératives de Göttingen (Allemagne) ont identifié 3 molécules présentes dans le sang qui peuvent indiquer l'apparition future d'une démence. La découverte de ces biomarqueurs (des microARN spécifiques dont la présence dans le sang est en corrélation avec les troubles cognitifs) ouvre la perspective de tests sanguins permettant de diagnostiquer la maladie d'Alzheimer des années à l'avance.

« À l'heure actuelle, le diagnostic d’Alzheimer arrive beaucoup trop tard pour même avoir une chance d'avoir un traitement efficace. Si la maladie est détectée tôt, les chances d'influencer positivement sur son évolution augmentent » souligne le Professeur André Fischer, qui a dirigé ces recherches. « Nous avons besoin de tests qui donnent un avertissement précoce. Nous sommes convaincus que les résultats de notre étude actuelle ouvrent la voie à de tels tests ».

Dans des tests sur des souris mais aussi sur des humains, les chercheurs ont découvert que plus le taux de ces microARN est bas, meilleures sont les performances obtenues dans les tests de cognition. Et 90 % des patients, dont le taux de marqueurs sanguins était très élevé, ont développé la maladie d’Alzheimer dans les 2 ans. Même s'il a fait la preuve de son efficacité, le test actuel est trop complexe pour être utilisé à grande échelle. L'objectif des chercheurs allemands est de développer un test simple à faible coût, « similaire au test rapide pour le SRAS-CoV-2 à la différence que l'on aurait besoin d'une goutte de sang ».

Selon des recherches préliminaires publiées il y a quelques mois dans la revue Nature aging, en mesurant le taux de deux molécules présentes dans le plasma, les chercheurs pourraient prédire une future progression de la maladie d’Alzheimer chez des personnes ayant une déficience cognitive légère. Les tests ont été menés dans un échantillon de 557 personnes âgées de 60 à 70 ans.

La présence de niveaux élevés de P-tau181 et de NfL, les deux molécules ciblées par les chercheurs, se sont révélées les prédicteurs les plus précis de la progression de la maladie d'une déficience cognitive légère vers de graves problèmes de mémoire et de réflexion, typiques de la maladie d'Alzheimer.

A ce jour, les tests sanguins seraient efficaces à 88 %, selon les chercheurs de l'Université de Lund, en Suède. « Détecter le taux de ces deux biomarqueurs plasmatiques pourraient permettre aux médecins de suivre la progression de la maladie d'Alzheimer chez certaines personnes à risque ». Cela pourrait aussi aider les médecins à distinguer les personnes qui développeront la maladie d'Alzheimer de celles qui ont de simples troubles cognitifs dus au vieillissement.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

EMBO

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • La vie sur Terre a pu apparaître en un éclair

    La vie sur Terre a pu apparaître en un éclair

    Les éclairs ont pu procurer suffisamment de phosphore en frappant la Terre pour contribuer à l'émergence de la vie, selon une étude publiée récemment, qui offre un scénario alternatif à celui ...

  • Vers des nouveaux antibiotiques à base de plantes ?

    Vers des nouveaux antibiotiques à base de plantes ?

    Des scientifiques américains de l'Université Emory (Atlanta-Georgie) ont répertorié pour la première fois les végétaux qui jouent un rôle dans l'activité antibactérienne, afin que leur travail serve ...

  • Vers un vaccin contre les infections urinaires

    Vers un vaccin contre les infections urinaires

    La moitié des femmes souffre d’une infection urinaire au moins une fois dans sa vie. Provoquée par des bactéries qui infectent l’urètre, elle est caractérisée par des brûlures lors de la miction, ...

Recommander cet article :

back-to-top