RTFlash

Vivant

Découverte de gènes responsables de la taille des structures cérébrales

Dans le cerveau, les régions sous-corticales constituent des relais entre le cortex et certaines zones périphériques impliquées dans la motricité et la mémoire. Leur taille serait corrélée aux performances cognitives, un phénomène observé dans la maladie d’Alzheimer.

Le CEA-I2BM, en partenariat avec l’INSERM, le CNRS et l’Université de Bordeaux, a réalisé une vaste étude comparant des données d’imagerie IRM avec des analyses génétiques de 30 700 individus afin de trouver d’éventuels variants génétiques responsables de variations de la taille des régions sous-corticales. Ces travaux ont permis de montrer que les volumes des structures sous-corticales s’avèrent conditionnés génétiquement. En effet, 5 variants génétiques ont été reliés à une taille anormalement faible de certaines régions sous-corticales, notamment le putamen, impliqué dans le contrôle du mouvement.

Un autre variant génétique a été directement lié à un hippocampe de petite taille, une zone essentielle pour les processus de mémorisation. L’identification de ces anomalies génétiques ouvre un nouveau champ d’exploration du développement cérébral normal et pathologique.

En outre, connaître la cartographie sous-corticale d’un individu permettrait d’évaluer plus précisément ses facteurs de risque de développer une pathologie neurodégénérative, comme les maladies de Parkinson ou d’Alzheimer.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

GenomeWeb

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Une malformation illustre l’incroyable plasticité du cerveau

    Une malformation illustre l’incroyable plasticité du cerveau

    Une personne sur 4000 naît sans corps calleux, une structure cérébrale composée de fibres neuronales qui servent à faire passer des informations d’un hémisphère à l’autre. Un quart d’entre elles ne ...

  • Le cerveau rêveur se coupe du monde extérieur

    Le cerveau rêveur se coupe du monde extérieur

    Des scientifiques du CNRS et de l’ENS-PSL viennent de montrer que le cerveau supprime des informations du monde extérieur, comme les bruits d’une conversation, pendant la phase de sommeil paradoxal ...

  • Comment le stress modifie le cerveau

    Comment le stress modifie le cerveau

    On savait déjà que des personnes ayant subi une expérience traumatisante peuvent ensuite développer des troubles neuropsychiatriques comme de l’anxiété ou une dépression. Cette fois, des chercheurs ...

Recommander cet article :

back-to-top