RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Découverte d'un gène dont l'absence est associée au cancer du sein

Des chercheurs américains ont identifié un gène dont l'absence ou l'inactivité pourrait expliquer les cancers du sein d'origine non héréditaire - soit plus de 90% des cas - selon les résultats d'une étude américaine. Ces chercheurs ont découvert un gène manquant ou inactif dans environ 60% des cas de cancer du sein examinés. Ce gène, qu'ils ont appelé DBC2, est parmi les premiers identifiés comme jouant un rôle dans la suppression des tumeurs et dont l'absence est clairement associée aux cas de cancer du sein d'origine non héréditaire. L'absence de ce gène DBC2 (pour "deleted in breast cancer" ou absent du cancer du sein) pourrait également jouer un rôle dans certains cas de cancer du poumon, selon l'étude à paraître le 15 octobre dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences américaine (PNAS). En outre, les chercheurs du Cold Spring Harbor Laboratory (New York) et de l'Université de l'Etat de Washington ont montré que la production de la protéine DBC2 dans les cellules cancéreuses du sein ont la capacité de tuer ces cellules cancéreuses ou d'arrêter leur progression. L'équipe du Dr Michael Wigler, du laboratoire de l'Etat de New York, avait déjà identifié en 1997 le seul autre gène (PTEN) à être clairement associé aux cancer du sein chez des personnes sans antécédents familiaux de la maladie. En 1990, le groupe de chercheurs de l'université de Washington, dirigé par le Dr Mary-Claire King, avait pour sa part identifié le premier gène (BRCA1) lié au cancer du sein d'origine héréditaire. Depuis, d'autres chercheurs ont identifié une série de gènes jouant un rôle dans le développement du cancer du sein d'origine héréditaire. Mais ce type de cancer du sein issu d'une mutation génétique représente moins de 10% des cas. Un total de huit gènes a pour l'instant été identifié comme jouant un rôle dans le développement du cancer du sein d'origine héréditaire, les derniers en date étant une série de six gènes découverts par des chercheurs de l'Institut sur le cancer Dana-Farber et de l'Hôpital pour enfants de Boston (Massachusetts) qui menaient des travaux sur une maladie infantile rare, l'anémie de Fanconi. Ces derniers avaient annoncé en juin dernier avoir découvert qu'une erreur dans n'importe lequel des six gènes impliqués dans cette maladie augmente les risques de développer un cancer du sein. Le cancer du sein, toutes causes confondues, tue 400.000 femmes par an dans le monde et 800.000 nouveaux cas sont dépistés chaque année. Il est la deuxième cause de mortalité chez la femme derrière le cancer du poumon. BBC : http://news.bbc.co.uk/1/hi/health/2307381.stm

PNAS : http://www.pnas.org/cgi/content/abstract/212516099v1

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top