RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Découverte d'une algue bio-pesticide prometteuse

Une petite société implantée en région bordelaise, ImmunRise, a découvert une algue microscopique produisant des molécules aux vertus bio-pesticides prometteuses, efficace à 100 % contre le mildiou de la vigne en laboratoire.

Les tests in vitro ont démontré que cette microalgue, réduite en poudre, combattait les champignons responsables des principales maladies décimant les filières de la tomate, de la pomme, de la pomme de terre, du blé, de la banane et surtout de la vigne, plus gros consommateur de produits phytosanitaires de synthèse en France.

Selon les essais menés en laboratoire par l'Institut national de Recherche Agronomique (INRA) de Bordeaux, cette poudre de microalgue a 100 % d'efficacité contre le mildiou, 50 % sur le botrytis (une moisissure aussi appelée "pourriture grise") et sur quatre des sept champignons responsables de l'esca, une maladie du bois qui fait des ravages dans les vignobles du monde entier. Un fléau contre lequel aucun traitement n'est disponible depuis l'interdiction européenne en 2001 de l'arsénite de sodium, substance hautement toxique responsable de la mort de certains vignerons.

Dans l'unité de pré-industrialisation basée à Pessac, près de Bordeaux, l'algue est cultivée en salle dans des bacs de 100 litres d'eau de mer reconstituée. Suffisamment développée 15 jours après avoir été injectée dans l'eau, elle est ensuite récupérée sous forme de pâte qui est séchée puis transformée en poudre.

L'agriculteur n'aura alors plus qu'à mélanger cette poudre, qui se conserve plusieurs mois, avec de l'eau pour l'épandre avec ses outils de pulvérisation conventionnels. "Avec un seul traitement, le viticulteur agit sur trois maladies de la vigne", souligne Laurent de Crasto. Les tests ont également démontré que la molécule naturelle est bio-dégradable et n'a aucune toxicité sur la plante. Des tests d’écotoxicologie sont en cours pour vérifier son innocuité sur l'environnement ou les êtres vivants.

En cas de succès, ImmunRise prévoit de commencer par la filière viticole, dans les vignobles de Bordeaux et de Cognac, avant de se tourner vers d'autres cultures. A l'échelle industrielle, l'idée est de récupérer de l'eau de mer sur les côtes d'Aquitaine, de faire proliférer la microalgue dans des bassins sous le soleil de la forêt landaise et de l'épandre sur le vignoble de la région. "Pour traiter l'ensemble du vignoble bordelais, on a estimé qu'il faudrait 6.000 m3 de bassins, soit un à deux hectares" seulement, indique Laurent de Crasto.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

LARVF

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top