RTFlash

La consommation régulière de cannabis diminue les facultés intellectuelles et augmente les risques de cancer !

Décidément, le mythe du cannabis qui serait une drogue "douce" et "festive", sans conséquences graves pour la santé, a du plomb dans l'aile. Selon une étude britannique menée en Nouvelle Zélande et publiée par le PNAS, la consommation régulière de cannabis et de marijuana entraîne une nette diminution du QI et des facultés intellectuelles à l'âge adulte. Cette vaste étude, réalisée sur plus de 1000 personnes pendant 25 ans, a montré qu'au terme de la période d'observation et à l'issue de deux batteries de tests réalisés à l'âge de 13 ans et de 38 ans, un écart de huit points s'était creusé entre les fumeurs et les non-fumeurs de cannabis.

Fait alarmant, les jeunes qui avait ralenti leur consommation avant leurs 38 ans n'en ont tiré aucun bénéfice en terme de récupération cognitive alors que les fumeurs qui ont commencé à l'âge adulte ne présentaient pas de différence sensible en matière de performances intellectuelles avec les non-fumeurs. La chercheuse qui a dirigé cette étude, Madeline H. Meier, souligne que ces résultats démontrent la grande fragilité et la vulnérabilité du cerveau des adolescents lorsqu'il est exposé à une consommation régulière de cannabis et de marijuana, des substances réputées "bénignes" mais qui, en réalité, perturbent de manière grave et irréversible le développement psychique et cérébral des jeunes qui en consomment de manière fréquente.

L'étude relève également que cet effondrement du QI a des conséquences économiques et socio-professionnelles très concrètes car il détermine largement l'accès à l'emploi et le niveau de revenus. Enfin, l'étude souligne que cette importante différence est bien le résultat de la consommation de cannabis à l'exclusion d'autres causes, comme l'éducation ou la consommation d'autres drogues.

Une autre étude américaine réalisée par l'Université de Californie du sud et publiée dans "Cancer" vient pour sa part de montrer que la consommation de cannabis et la marijuana, même à titre "thérapeutique" sont des importants facteurs de risque dans le cancer du testicule. Selon cette étude, une consommation régulière de cannabis pourrait doubler les risques de développer les formes les plus agressives de cancer du testicule.

Rappelons enfin qu'une autre étude américaine publiée en 2006 et confirmée par une étude européenne publiée en 2008, montre que la consommation de cannabis accroît sensiblement les risques de cancer du poumon et des voies aériennes supérieures.

Article rédigé par Mark FURNESS pour RTFlash

PNAS

AACR

Cancer

ERSJ

Eurekalert

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Des scanners cent fois moins chers pour les pays émergents

    Des scanners cent fois moins chers pour les pays émergents

    La start-up Nanox lève 20 millions de dollars pour démocratiser l'imagerie médicale grâce à un nouvel appareil à rayons X moins encombrant le 4 juin 2020. Le tour de table a été mené par l'opérateur ...

  • Le café : bon pour les seniors

    Le café : bon pour les seniors

    Plusieurs études se sont intéressées récemment aux effets de la consommation de café au cours de la vie sur certains aspects du vieillissement. Ainsi le café améliore la cognition et les ...

  • Des seniors de plus en plus jeunes...

    Des seniors de plus en plus jeunes...

    Des chercheurs de la faculté des sciences du sport et de la santé de l'Université de Jyväskylä (Finlande) ont comparé les performances physiques et cognitives des personnes âgées de 75 à 80 ans à ...

Recommander cet article :

  • Marcel

    26/09/2012

    Le cannabis diminue l’intelligence des journalistes ?

    Vous avez surement entendu parler d’une récente étude néo-zélandaise laissant entendre que la consommation de cannabis provoque une diminution du QI (Quotient Intellectuel) au cours du temps. Rassurez-vous, ce n’est pas le cas!

    Pour arriver à une telle conclusion, les chercheurs ont analysé le QI de consommateurs juste après que ceux-ci aient pris du cannabis. Le QI serait alors inférieur de 8 points en moyenne. Ce n’est pas une surprise, il est logique et connu que sous l’effet du cannabis les capacités intellectuelles ne soient pas au maximum de leur potentiel.

    L’étude compare ces résultats avec un autre groupe ayant totalement arrêté la consommation de cannabis quelques semaines avant le test. Le QI était alors inférieur de 2 points seulement en moyenne à la population n’ayant jamais consommé, ce qui n’est pas une différence significative, surtout que la marge d’erreur de l’étude est d’environ 4 points!

    Les conclusions de cette étude devraient donc être que le QI est temporairement et légèrement réduit lorsqu’on est sous l’emprise du cannabis, mais que fumer plusieurs années ne diminue pas les capacités intellectuelles. Après un arrêt de quelques semaines, il n’existe en effet plus d’écart significatif entre les anciens consommateurs de cannabis et ceux qui n’en ont jamais consommé.

    Cette étude visant à diaboliser d'avantage le cannabis, les chercheurs ont interprété les résultats de la façon qui les arrange. Et comme toujours, les nombreux médias se sont empressés de répéter stupidement cette conclusion erronée, sans jamais vérifier son authenticité. Pour de nombreux journalistes, publier un article au titre racoleur est en effet bien plus important que d’avoir la conscience professionnelle de vérifier ce que l’on écrit.

    Il serait d’ailleurs intéressant d’étudier le QI des journalistes ayant diffusé de telles bêtises!

  • back-to-top