RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Cerner la molécule transporteuse pour réduire les effets secondaires

Cette équipe de chercheurs de la Duke University est parvenue à déterminer la structure de la molécule-clé qui transporte la chimiothérapie dans les cellules. C’est un pas vers le développement de médicaments plus efficaces avec moins d'effets colatéraux sur les tissus sains. Des conclusions rapportées dans l’édition du 11 mars de la revue Nature.

«Connaître la structure et les propriétés de cette molécule « transporteur » peut être une clé pour modifier le principe d'action de certaines chimiothérapies», explique l'auteur principal, le Professeur Seok-Yong Lee, assistant professeur de biochimie à l'Université Duke. Cette molécule, appelée « a concentrative nucleoside transporter » (ou transporteurs de nucléosides concentrants) agit en déplaçant les nucléosides, les blocs de construction d'ADN et d'ARN, de l'extérieur vers l'intérieur des cellules. Elle transporte également des médicaments de chimio à travers les membranes cellulaires. Une fois à l'intérieur des cellules, les médicaments nucléosides sont transformés en nucléotides qui sont incorporés dans l'ADN de manière à prévenir la division et le développement des cellules tumorales.

En découvrant cette structure de la molécule transporteur, les chercheurs pensent qu'il est possible d'améliorer l’efficacité des médicaments sur certains types de tissus. « Maintenant nous savons que la molécule transporteur dispose de trois formes qui reconnaissent les différents médicaments et adaptées aux différents tissus ». Ils pensent pouvoir améliorer ainsi les interactions entre le transporteur et le médicament et avoir besoin de moins de médicament pour traiter les cellules tumorales. "Connaître la forme des transporteurs permettra aux scientifiques de concevoir des médicaments bien reconnus par ce transporteur ». Alors que les cellules saines ne se divisent pas aussi souvent que les cellules tumorales, diminuer la quantité de médicament va permettre de mieux épargner les cellules saines.

Les chercheurs ont étudié les molécules transporteuses de Vibrio cholerae, une bactérie en forme de virgule, proche des molécules transporteurs chez l'Homme. La prochaine étape sera d'essayer de comprendre ce qui confère à la molécule sa capacité à reconnaître certains médicaments de chimiothérapie et, finalement, de concevoir des médicaments qui peuvent facilement pénétrer dans les cellules.

Santé Log

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top