RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Le catalogue des souris mutantes en rayon dès 2009

Apparemment si différente et pourtant si semblable, la souris est le meilleur outil de l'homme. Près de 99 % des gènes humains se retrouvent dans le génome de Mus Musculus et inversement. Comme nous, la souris peut être diabétique, obèse, cancéreuse ou schizophrène. Comme nous, elle stresse ou déprime. Mieux, elle se reproduit vite (trois mois), prend peu de place et ne se plaint pas. Ainsi, continuer à manipuler le génome murin, pensent les scientifiques, est la clé pour comprendre l'homme et ses dysfonctionnements. Le problème est que si l'on a dressé l'inventaire de tous ses gènes, on ignore dans la plupart des cas leur fonction. La Commission européenne a donc décidé de lancer un projet ambitieux : un catalogue des souris mutantes. Plus précisément, des mutations seront effectuées de manière systématique sur environ 20 000 gènes, soit environ 70 % du génome murin. L'idée est que mis KO, le gène révélera sa fonction par défaut. «Nous avons mis quinze ans à muter 20 % des gènes, rappelle le professeur Wolfgang Wurst, coordinateur du programme Eucomm. La technologie actuelle fait que nous pourrons muter les 80 % restants en quelques années.» L'ambition est d'avoir fini le travail d'ici à trois ans.

Concrètement, il s'agit essentiellement de créer des lignées cellulaires à partir de cellules souches embryonnaires de souris. Celles-ci seront ensuite mises à disposition des chercheurs qui, de leur côté, fabriqueront les souris porteuses de mutations. Seules quelque 300 souris mutantes seront effectivement disponibles dans la bibliothèque d'Eucomm. Aussi ambitieux soit-il, Eucomm ne constitue finalement qu'une mince - mais déterminante - étape dans la compréhension de cette mécanique sans mode d'emploi. «La mutation d'un gène (son inactivation) permettra dans un premier temps de voir s'il joue un rôle ou non dans la maladie étudiée», explique Pierre Chambon, directeur de l'Institut clinique de la souris, laboratoire partenaire.

«Cependant, poursuit-il, la fonction d'un gène est aussi fonction d'autres gènes qui agissent de concert. De plus, nos dysfonctionnements dépendent aussi de notre fond génétique.» Les miracles des technologies génétiques ainsi que les croisements entre les différents mutants devraient offrir une palette raisonnable de combinaisons aux chercheurs. Mais de la souris mutante aux remèdes contre nos maux, les scientifiques tiendront-ils leurs promesses ? «La génétique nous permet de déchiffrer la base moléculaire des maladies et cela va permettre de les soigner, affirme Pierre Chambon. Mais on ne sait pas quand, mais dans un avenir prévisible. Il s'agit d'une mécanique extrêmement complexe.»

TG

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top