RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Cancun ouvre la voie vers un nouveau traité international sur le climat

Aprés 12 jours de négociations, une page de Copenhague s'est tournée le 11 décembre à Cancún alors que près de 200 pays rassemblés au Mexique ont adopté plusieurs mécanismes - bien qu'embryonnaires - afin de lutter contre le changement climatique.

Accueilli par une ovation, l'accord prévoit la création d'un Fonds vert pour aider les pays en développement à faire face au réchauffement climatique et lance un mécanisme pour lutter contre la déforestation. L'objectif de ce rendez-vous mexicain était d'abord de redonner un souffle au processus de négociation onusien, fortement ébranlé par l'immense déception née du sommet de Copenhague.Mission accomplie, selon les délégations réunis en plénière pour adopter le texte. Avec cet accord, «on sauve de la faillite le système multilatéral de négociations sur le changement climatique», a déclaré la ministre française de l'Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Le texte adopté à l'issue de 12 journées de négociations intenses et parfois tendues «ouvre une nouvelle ère pour la coopération internationale sur le climat», a assuré la ministre mexicaine des Affaires étrangères, Patricia Espinosa, qui présidait les débats.

Quelques heures plus tôt, le texte de compromis mis sur la table par le Mexique avait reçu, au cours d'une séance plénière chargée d'émotion, le soutien très appuyé de l'écrasante majorité des 194 pays de la convention de l'ONU sur le climat.Ce texte «ne va pas évidemment pas résoudre la question du changement climatique, mais je pense que c'est un véritable pas en avant», a estimé le principal négociateur américain, Todd Stern.La principale vertu du texte, adopté en dépit de l'opposition de la Bolivie, est d'inscrire de nombreux points de l'accord politique de Copenhague, qui n'a jamais été adopté par la convention de l'ONU. Et surtout de le décliner de façon plus précise.C'est en particulier le cas de l'objectif de limiter la hausse de la température moyenne de la planète à 2°C au-dessus des niveaux pré-industriels. «Les parties doivent agir de manière urgente pour atteindre cet objectif à long terme», selon l'accord.

Le texte permet aussi de désamorcer, au moins temporairement, à la faveur d'une formule ambiguë, la «bombe»de l'avenir du protocole de Kyoto, seul traité juridiquement contraignant sur le climat existant à ce jour qui menaçait l'issue des discussions à Cancún.Un sujet qui ressurgira immanquablement lors du prochain grand rendez-vous climat fin 2011 à Durban (Afrique du Sud).

Les pays développés ont promis à Copenhague de mobiliser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Le Fonds vert, qui verra transiter une partie importante de ces fonds, aura un conseil d'administration avec représentation équitable entre pays développés et en développement.

Les nombreuses interrogations sur la façon dont ce fonds sera alimenté restent cependant sans réponse.

Le texte pose par ailleurs les bases d'un mécanisme visant réduire la déforestation à l'origine d'environ de 15 % à 20 % des émissions globales de GES. Bangladesh, Guyane, Zambie, Suisse, Brésil, États-Unis, Algérie, Union européenne, Chine, Maldives,

«L'accord donne un nouveau souffle aux négociations», s'est félicité Jeremy Hobbs, directeur exécutif d'Oxfam International, tout en appelant, comme nombre d'autres ONG, à travailler «en urgence» pour rendre plus ambitieux les engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

L'accord sur le climat conclu entre les Etats à Cancun est "un pas important" vers un cadre global et légalement contraignant pour la lutte contre le réchauffement climatique, a indiqué le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Les principales avancées du sommet de Cancun

- Protocole de Kyoto

Le Protocole de Kyoto, signé en 1997, oblige une quarantaine de pays industrialisés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 5,2 % par rapport aux niveaux de 1990 durant une période de cinq années allant de 2008 à 2012.

Le Japon refuse de soutenir une simple prolongation de ce protocole et demande que les économies émergentes participent à l'effort collectif.

L'accord de Cancun dit que les pays tenteront «de mener à bien» les travaux sur la prolongation du Protocole de Kyoto «dans un avenir aussi proche que possible et dans un délai garantissant qu'il n'y ait pas d'interruption entre la première et la deuxième période d'engagement».

Cette recommandation s'appuie sur les prévisions de scientifiques qui estiment que les nations développées doivent réduire d'ici à 2020 leurs émissions de 25 à 40 % par rapport aux niveaux de 1990 pour éviter une aggravation de la situation.

- Action à long terme sur les émissions

L'accord «reconnaît que des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre sont exigées par les données scientifiques. (...) Cette réduction des GES doit être de nature à maintenir le réchauffement moyen de la planète en dessous de deux degrés Celsius par rapport aux niveaux pré-industriels».

L'accord admet également la nécessité de songer à un objectif plus ambitieux de 1,5 degré et de travailler à l'établissement «d'un objectif mondial pour une réduction substantielle des émissions globales d'ici à 2050».

De nombreux pays jugent que l'objectif de 1,5 degré est préférable à celui de deux degrés fixé à Copenhague en 2009. La Chine et l'Inde se montrent réticentes aux demandes d'un objectif mondial de réduction des émissions d'ici à 2050.

L'accord demande aux pays développés de montrer l'exemple car historiquement, ils sont les plus gros émetteurs. Les pays en voie de développement prendront «des dispositions appropriées nationalement» pour réduire leurs émissions d'ici à 2020 avec un soutien technologique et logistique.

- Finance, technologie

L'accord prévoit la création d'un «fonds vert» pour aider les pays en voie de développement. Ce fonds sera dirigé par un conseil d'administration de 24 membres dans lequel pays riches et pays pauvres seront représentés à parts égales.

Il est demandé à la Banque mondiale d'être l'administrateur provisoire de ce fonds. Une commission de 40 membres (15 de pays riches et 25 de pays pauvres) va travailler à sa constitution.

L'accord prend note de la promesse faite par les pays développés d'une aide de départ de 30 milliards de dollars pour la période 2010-2012. Les pays développés présenteront des rapports en mai 2011, 2012 et 2013 sur les ressources fournies.

Une aide de 100 milliards de dollars des pays riches est actée à partir de 2020, suivant l'engagement pris l'an dernier à Copenhague.

- Marchés du carbone

Lors de la réunion prévue l'année prochaine à Durban en Afrique du Sud, les pays travailleront sur «un ou plusieurs mécanismes de marché» pour aider à réduire les émissions. Un groupe de travail présentera un projet de décisions qui seront examinées lors des négociations.

Tous les pays sont appelés à soumettre de nouvelles idées avant le 21 février 2011. Les mécanismes existants, dont ceux contenus dans le Protocole de Kyoto, seront maintenus et serviront de base.

- Réduire la déforestation

L'accord affirme que les gouvernements «doivent collectivement travailler à ralentir et arrêter la déforestation et à inverser la tendance en tenant compte des circonstances nationales».

Il encourage chaque pays à trouver des moyens efficaces pour réduire la pression de l'homme sur la forêt et incite les pays en voie de développement à conserver leurs forêts.

Il demande aux pays développés d'aider les pays en voie de développement avec des ressources financières et un soutien technologique pour mettre sur pied des plans nationaux visant à contrôler le recul de la forêt.

- Aider les pays pauvres à s'adapter

L'accord établit un «cadre d'adaptation» pour aider les pays en voie de développement à s'adapter aux changements climatiques tels que les sécheresses, les inondations et la montée du niveau des océans.

Ces mesures incluent de meilleures prévisions météorologiques et une meilleure gestion des risques, et éventuellement une assurance face aux risques climatiques. Des idées peuvent être présentées jusqu'au 21 février 2011.

- Mesures, rapports, vérifications

La réduction des émissions de GES par les pays en voie de développement fera l'objet de mesures nationales et internationales, de rapports et de vérifications.

Ces rapports portant sur des analyses biennales seront établis de manière «non-intrusive, non-punitive et dans le respect de la souveraineté nationale».

Les mesures prises dans les pays développés seront vérifiées «nationalement» suivant les critères qui doivent être fixés dans la Convention de l'Onu sur le climat.

- Développement et transfert technologique

L'accord décide de créer un mécanisme technologique pour partager les nouveaux moyens de réduction des émissions. Seront créés une Commission exécutive technologique et un Centre et un réseau technologique sur le climat.

[UNFCC">...], les uns après les autres, les délégués ont pris la parole pour dire oui, avec force, à ce texte.

Si le processus onusien a d'incontestables lourdeurs, il permet aussi de faire émerger de nouveaux acteurs dans une négociation sans équivalent qui implique l'ensemble de la planète et touche à la transformation profonde des modes de vie.

Ainsi les petits Etats insulaires, menacés de disparition par la montée des eaux, réaffirment inlassablement que leur vulnérabilité est aussi celle de la planète.

Mais à Cancun, c'est l'Inde, troisième émetteur mondial de gaz à effet de serre, qui a été la principale force de proposition, et de mouvement. Pour la première fois, son ministre de l'Environnement, Jairam Ramesh, a affirmé que son pays pourrait envisager de signer un accord juridiquement contraignant.

Pour la ministre française de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, cette approche "beaucoup plus ouverte et active" de l'Inde dans les négociations est "quelque chose de très nouveau et de très encourageant" pour la suite du processus onusien, qui reste indispensable à ses yeux.

«L'accord donne un nouveau souffle aux négociations», s'est félicité Jeremy Hobbs, directeur exécutif d'Oxfam International, tout en appelant, comme nombre d'autres ONG, à travailler «en urgence» pour rendre plus ambitieux les engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

L'accord sur le climat conclu entre les Etats à Cancun est "un pas important" vers un cadre global et légalement contraignant pour la lutte contre le réchauffement climatique, a indiqué le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Les principales avancées du sommet de Cancun

- Protocole de Kyoto

Le Protocole de Kyoto, signé en 1997, oblige une quarantaine de pays industrialisés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 5,2 % par rapport aux niveaux de 1990 durant une période de cinq années allant de 2008 à 2012.

Le Japon refuse de soutenir une simple prolongation de ce protocole et demande que les économies émergentes participent à l'effort collectif.

L'accord de Cancun dit que les pays tenteront «de mener à bien» les travaux sur la prolongation du Protocole de Kyoto «dans un avenir aussi proche que possible et dans un délai garantissant qu'il n'y ait pas d'interruption entre la première et la deuxième période d'engagement».

Cette recommandation s'appuie sur les prévisions de scientifiques qui estiment que les nations développées doivent réduire d'ici à 2020 leurs émissions de 25 à 40 % par rapport aux niveaux de 1990 pour éviter une aggravation de la situation.

- Action à long terme sur les émissions

L'accord «reconnaît que des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre sont exigées par les données scientifiques. (...) Cette réduction des GES doit être de nature à maintenir le réchauffement moyen de la planète en dessous de deux degrés Celsius par rapport aux niveaux pré-industriels».

L'accord admet également la nécessité de songer à un objectif plus ambitieux de 1,5 degré et de travailler à l'établissement «d'un objectif mondial pour une réduction substantielle des émissions globales d'ici à 2050».

De nombreux pays jugent que l'objectif de 1,5 degré est préférable à celui de deux degrés fixé à Copenhague en 2009. La Chine et l'Inde se montrent réticentes aux demandes d'un objectif mondial de réduction des émissions d'ici à 2050.

L'accord demande aux pays développés de montrer l'exemple car historiquement, ils sont les plus gros émetteurs. Les pays en voie de développement prendront «des dispositions appropriées nationalement» pour réduire leurs émissions d'ici à 2020 avec un soutien technologique et logistique.

- Finance, technologie

L'accord prévoit la création d'un «fonds vert» pour aider les pays en voie de développement. Ce fonds sera dirigé par un conseil d'administration de 24 membres dans lequel pays riches et pays pauvres seront représentés à parts égales.

Il est demandé à la Banque mondiale d'être l'administrateur provisoire de ce fonds. Une commission de 40 membres (15 de pays riches et 25 de pays pauvres) va travailler à sa constitution.

L'accord prend note de la promesse faite par les pays développés d'une aide de départ de 30 milliards de dollars pour la période 2010-2012. Les pays développés présenteront des rapports en mai 2011, 2012 et 2013 sur les ressources fournies.

Une aide de 100 milliards de dollars des pays riches est actée à partir de 2020, suivant l'engagement pris l'an dernier à Copenhague.

- Marchés du carbone

Lors de la réunion prévue l'année prochaine à Durban en Afrique du Sud, les pays travailleront sur «un ou plusieurs mécanismes de marché» pour aider à réduire les émissions. Un groupe de travail présentera un projet de décisions qui seront examinées lors des négociations.

Tous les pays sont appelés à soumettre de nouvelles idées avant le 21 février 2011. Les mécanismes existants, dont ceux contenus dans le Protocole de Kyoto, seront maintenus et serviront de base.

- Réduire la déforestation

L'accord affirme que les gouvernements «doivent collectivement travailler à ralentir et arrêter la déforestation et à inverser la tendance en tenant compte des circonstances nationales».

Il encourage chaque pays à trouver des moyens efficaces pour réduire la pression de l'homme sur la forêt et incite les pays en voie de développement à conserver leurs forêts.

Il demande aux pays développés d'aider les pays en voie de développement avec des ressources financières et un soutien technologique pour mettre sur pied des plans nationaux visant à contrôler le recul de la forêt.

- Aider les pays pauvres à s'adapter

L'accord établit un «cadre d'adaptation» pour aider les pays en voie de développement à s'adapter aux changements climatiques tels que les sécheresses, les inondations et la montée du niveau des océans.

Ces mesures incluent de meilleures prévisions météorologiques et une meilleure gestion des risques, et éventuellement une assurance face aux risques climatiques. Des idées peuvent être présentées jusqu'au 21 février 2011.

- Mesures, rapports, vérifications

La réduction des émissions de GES par les pays en voie de développement fera l'objet de mesures nationales et internationales, de rapports et de vérifications.

Ces rapports portant sur des analyses biennales seront établis de manière «non-intrusive, non-punitive et dans le respect de la souveraineté nationale».

Les mesures prises dans les pays développés seront vérifiées «nationalement» suivant les critères qui doivent être fixés dans la Convention de l'Onu sur le climat.

- Développement et transfert technologique

L'accord décide de créer un mécanisme technologique pour partager les nouveaux moyens de réduction des émissions. Seront créés une Commission exécutive technologique et un Centre et un réseau technologique sur le climat.

[UNFCC

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top