RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Cancer du sein: le mécanisme de mutation du gène BRCA1 enfin élucidé

Les chercheurs canadiens du centre de recherche sur le cancer "Princesse Margaret", dans l'Ontario, ont découvert comment les mutations du gène BRCA1 parviennent à déclencher le développement des cancers du sein et de l'ovaire, et pourquoi les femmes porteuses de ces mutations présentent un risque fortement accru de développer ces types de cancer.

Selon cette étude, la clé de ce mécanisme de cancérogenèse résiderait dans l'action de l'œstrogène qui favorise la survie de cellules présentant des mutations.

"Sans ces œstrogènes, ces cellules endommagées ne devraient pas menacer l'hôte, mais à cause de l'action de cette œstrogène, ces cellules altérées peuvent non seulement survivre mais se développer et former des cancers du sein et de l'ovaire", soulignent les professeurs Mona Gauthier et Tak Mak, qui ont dirigé ces recherches

Ces travaux ont pu montrer que l'interaction entre le gène BRCA1 et un gène régulateur, Nrf2, régulait la réponse anti-oxydante des cellules. Dans les cellules saines, BRCA1 assure la réparation de l’ADN endommagé, en association avec Nrf2.

Mais ce mécanisme malheureusement se dérègle lorsque le gène BRCA1 est victime d'une mutation. Dans ce cas, il devient incapable de réparer l'ADN et ne peut plus communiquer avec Nrf2, ce qui entraîne la perte de sa fonction anti-oxydante.

Normalement, le stress oxydatif détruit les cellules qui perdent cette fonction de BRCA1. Mais dans le cas du sang et de l'ovaire, les œstrogènes vont jouer un rôle particulièrement néfaste en protégeant les cellules possédant le gène BRCA1 déficient et en permettant une collaboration avec Nrf2 qui va empêcher la mort des cellules malades et permettre le développement d'un cancer .

La découverte de cette voie de communication spécifique entre BRCA1, Nrf2 et l’œstrogène dans la promotion de ces cancers de la femme explique pourquoi la perte d'un gène suppresseur de tumeur normalement actif dans tous les tissus se traduit par un développement spécifique des cancers du sein et de l’ovaire. 

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JEM

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top