RTFlash

Cancer prostatique : un test pronostique

Une équipe américaine a mis au point un test capable de prédire le niveau " d'agressivité ", en quelque sorte, d'un cancer de la prostate. Dans la revue Cancer, les auteurs présentent leur approche comme une amélioration significative de l'échelle de Gleason, seule technique jusqu'ici disponible pour déterminer le potentiel de développement de ce type de tumeur. Une technique qui " pêche " malgré tout sur un point majeur : l'incapacité à déterminer précisément la rapidité prévisible de la croissance tumorale. A Minneapolis, le Dr Akhouri Sinha et ses collègues du University of Minnesota Cancer Center, ont donc développé un test très simple et efficace. Lequel permettrait de distinguer " un cancer de la prostate agressif d'un autre qui le serait moins ". D'après les auteurs, " ce test effectué à partir d'une tumeur diagnostiquée récemment donne une indication précise sur la gravité de la maladie. Il permet donc d'adopter au plus tôt le traitement le plus approprié. Une approche qui pourrait également être utilisée pour les cancers du sein ou du colon ".

Cancer :

http://www3.interscience.wiley.com/cgi-bin/abstract/94517449/START

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Les animaux peuvent aussi nous soigner !

    Edito : Les animaux peuvent aussi nous soigner !

    Cette semaine, nous allons voir comment les animaux participent de manière essentielle, et par de nombreuses voies, parfois surprenantes, à notre santé et notre bien-être. De nombreux animaux sont ...

  • L’avocat protège le cœur

    L’avocat protège le cœur

    Une étude prospective qui a suivi plus de 110 000 hommes et femmes pendant plus de 30 ans suggère que manger deux portions d'avocat par semaine réduit le risque de développer une maladie ...

  • Un aimant qui attire les cellules cancéreuses du cerveau pour mieux les détruire

    Un aimant qui attire les cellules cancéreuses du cerveau pour mieux les détruire

    Une nouvelle technologie agissant comme un aimant attirant les cellules cancéreuses, développée par des chercheurs de l’Université de Sherbrooke, pourrait mener à un nouveau traitement des tumeurs ...

Recommander cet article :

back-to-top