RTFlash

Vivant

Cancer du poumon : le bénéfice des bêtabloquants confirmé

Une étude portant sur plus de 700 patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) montre que ceux qui reçoivent des bêtabloquants pour traiter une hypertension ont une survie globale plus longue de 20 % par rapport aux patients qui ne prennent pas ce type de médicaments. En outre, pour les malades sous bêtabloquants, la survie sans récidive et la survie sans métastases se voient également augmentées de respectivement 26 % et 33%. Enfin, la survie sans progression locale ne varie pas.

Il semble donc, selon les chercheurs de l'Université du Texas, que les bêtabloquants ralentissent la formation de métastases, grâce à leur action sur l'adrénaline et la noradrénaline. On sait en effet que la noradrénaline favorise la dissémination des cellules cancéreuses, via les récepteurs bêta-adrénergiques.

Pour le Professeur Kris, cancérologue au Memorial Sloan Kettering, cette découverte ouvre une voie intéressante pour comprendre et prévenir les métastases. Il précise que "Le processus qui mène aux métastases est long et complexe et nous en commençons seulement l'exploration."

Plusieurs études ont déjà montré les effets bénéfiques des bêtabloquants en matière de cancer, notamment dans le cancer du sein et de la peau. Une voie à suivre donc...

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Annals of Oncology

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Le glyphosate affecte le cerveau des rats

    Le glyphosate affecte le cerveau des rats

    Une étude réalisée par l'Institut de recherche en santé, environnement, travail - Université de Rennes1 et en collaboration avec le laboratoire Micalis (INRA/AgroParisTech/UPSaclay), montre que le ...

  • Le cancer agressif de la prostate mieux compris

    Le cancer agressif de la prostate mieux compris

    Des chercheurs américains dirigés par Michael Freeman, directeur du programme de recherche sur le cancer à l'Hôpital Cedars-Sinai de Los Angeles, ont identifié un ...

  • Découverte d'un gène de sensibilité au cannabis

    Découverte d'un gène de sensibilité au cannabis

    Le cannabis est devenu la drogue illicite la plus consommée dans le monde : en 2013, selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 181,8 millions de personnes en consommaient dans un cadre non ...

Recommander cet article :

back-to-top