RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Cancer du pancréas : une avancée en matière de recherche fondamentale

Le cancer du pancréas ou adénocarcinome pancréatique est un des cancers les plus virulents et les plus mortels. Il touche particulièrement les hommes avec une incidence proportionnelle à l’âge. Diagnostiqué tardivement, il est très difficile à soigner. En effet, ce type de tumeur présente le plus faible taux de survie de tous les cancers, avec une espérance de vie à cinq ans, de 3 à 4 %. D’après les dernières données fournies par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, en 2010, 10 140 nouveaux cas de cancer du pancréas ont été recensés sur le territoire français et autant de patients ont succombé de ses suites.

Afin de mieux comprendre le mécanisme impliqué dans le développement de ce cancer, Juan Iovanna et ses collègues du CRCM ont examiné la structure des cellules cancéreuses de 36 patients atteints d'un cancer du pancréas. Ils ont ainsi découvert que certaines cellules de carcinomes pancréatiques avaient la propriété très particulière de se "manger" entre elles. D’après leurs travaux, c’est une protéine spécifique qui activerait ce processus.

Si, d’un côté, ce phénomène permet de nourrir les cellules cancéreuses qui ont besoin d’énergie pour alimenter leur virulence, de l’autre, il permet de réduire les risques de prolifération des tumeurs. Ainsi, ce processus d’un nouveau genre (ingestion et élimination des cellules cancéreuses) aurait la capacité d’inhiber la formation de métastases. Cette découverte est particulièrement importante car, lorsque le cancer du pancréas est opérable, c’est-à-dire dans 15 à 20 % des cas, le principal risque pour les patients est de voir apparaître des métastases quelques mois après l’intervention, réduisant l'espérance de vie à une période de 15 à 18 mois.

La mise en évidence de ce « cannibalisme cellulaire » devrait ouvrir la voie à de nouvelles pistes de recherche afin de limiter les risques de propagation de la tumeur, notamment en utilisant à bon escient la protéine impliquée...

Information Hospitalière

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top