RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Cancer du côlon : la coloscopie virtuelle plus efficace

Une nouvelle technique médicale qui permet aux médecins de découvrir des tumeurs du côlon grâce à des images de synthèse se révèle plus efficace et moins invasive que la coloscopie traditionnelle, qui consiste à introduire un tube flexible dans l'intestin par l'orifice anal. Cette nouvelle technique a été présentée lundi à l'occasion du Congrès annuel de la société radiologique d'Amérique du Nord. Les chercheurs espèrent que les bénéfices qu'ils tireront de cette "coloscopie virtuelle", qui nécessite un scanner CT pour les images en trois dimensions, permette à plus de personnes d'être dépistées. La Société américaine du cancer recommande aux adultes à partir de 50 ans de bénéficier d'un coloscopie tous les dix. Or, selon elle, moins de la moitié d'entre eux en bénéficient. "La coloscopie virtuelle est un outil plus précis, plus sensible que la coloscopie standard, et si nos méthodes sont utilisées, elles permettront d'élargir le dépistage à un nombre plus élevé de personnes, notamment à celles qui échappent au dépistage", a noté le premier auteur de l'étude, le Dr Perry Pickhardt. "Plus de monde dépisté signifie une meilleure prévention des cancers et des morts évitées." Le cancer du côlon tue 60.000 personnes chaque année aux Etats-Unis, ce qui en fait le deuxième cancer le plus mortel dans ce pays. La détection des tumeurs précancéreuses (polypes) et leur ablation chirurgicale permet de prévenir l'apparition de métastases et d'éviter des morts. Pour mener à bien leurs recherches, les médecins ont étudié 1.233 adultes qui présentaient un risque de tumeur du côlon. La coloscopie virtuelle a mis en évidence des polypes de 10 millimètres de diamètre au moins dans 93,8% des cas, et de 8mm dans 93,9% des cas. De son côté, la coloscopie standard a retrouvé les polypes de 10mm dans 87,5% des cas, et de 8mm dans 91,5%. De plus, la coloscopie virtuelle a donné peu de faux positifs (la découverte de fausses tumeurs, NDLR). Selon les résultats, 622 patients présentaient des polypes, dont deux étaient déjà cancéreux, mais la coloscopie conventionnelle n'en a trouvé qu'un seul.

JNCI :

http://jncicancerspectrum.oupjournals.org/news/headlines.dtl?date=2003-12-3#h1

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top