RTFlash

Alzheimer : vers une prévention précoce ?

Plus de 600 cliniciens, neurologues, ou gérontologues se sont  réunis à l’Hôtel-Dieu de Toulouse afin de mettre en commun leurs connaissances sur la maladie d’Alzheimer et les syndromes apparentés, et faire le point sur les dernières avancées de la recherche.

En quelques mois, les découvertes sur cette pathologie se sont accélérées et permettent de mieux comprendre son fonctionnement. C’est d’ailleurs ce qui a permis à certains chercheurs de mettre en évidence certains marqueurs de la maladie, capables de détecter précocement son arrivée. « Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la maladie d’Alzheimer n’est pas une maladie de vieillard », explique Bruno Vellas, responsable du Gérontopôle de Toulouse Midi-Pyrénées. « En effet, les premières lésions apparaissent dès la quarantaine ou la cinquantaine. Les derniers travaux en matière de diagnostic permettent de déceler ces dernières trente ans avant l’apparition des premiers symptômes cliniques. »Les méthodes sont de plus en plus nombreuses pour identifier les patients « futurs Alzheimer », que ce soit par une analyse sanguine qui révèle la présence d’un composé spécifique à la maladie, ou par une étude approfondie d’images du cerveau obtenues par IRM.

C'est dans ce contexte qu'une étude allemande vient de montrer que des patients présentant des symptômes neuropsychiatriques résultant d'une démence vasculaire légère à modérée, de la maladie d'Alzheimer et bénéficiant d'un traitement par l'extrait spécial de ginkgo biloba EGb 761, avaient vu leur état s'améliorer au bout de 6 mois de traitement.

« Dans la pratique médicale quotidienne, nous observons que la plupart des patients atteints de démence souffrent de symptômes neuropsychiatriques », souligne le Professeur Herrschaft. « Nous avons spécifiquement étudié ce groupe de patients caractéristiques en condition contrôlée. « Le fait d'inclure à la fois des patients atteints de la maladie d'Alzheimer et des patients atteints de démence vasculaire, ainsi que de certaines formes mixtes de démence, présentait également un intérêt particulier pour la pratique médicale quotidienne.

En outre, dans la mesure du possible, des patients n'ayant pas reçu auparavant de traitement par des agents anti-démence ont été inclus dans l'étude. Le fait que nous ayons pu démontrer une amélioration des symptômes neuropsychiatriques avec le traitement par EGb 761® dans notre groupe d'étude a été important, non seulement pour le bien-être des patients mais également pour leurs proches. Ceux-ci éprouvent du soulagement, que nous avons pu également mettre en évidence par une amélioration significative de score NPI de détresse chez les aidants familiaux. »

Information Hospitalière

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • L’avocat protège le cœur

    L’avocat protège le cœur

    Une étude prospective qui a suivi plus de 110 000 hommes et femmes pendant plus de 30 ans suggère que manger deux portions d'avocat par semaine réduit le risque de développer une maladie ...

  • Soigner le cerveau avec des micro-robots

    Soigner le cerveau avec des micro-robots

    Envoyer un robot miniature dans le cerveau humain pour le soigner ? Ce qui était du ressort de la science-fiction il y a encore quelques décennies pourrait rapidement devenir réalité, assure le ...

  • Le vapotage passif est très nocif pour les bronches des jeunes adultes

    Le vapotage passif est très nocif pour les bronches des jeunes adultes

    On connaissait déjà les dégâts du tabagisme passif en France, responsable d'au moins 5 000 morts par an. Mais selon une étude de l'Université de Californie du sud-Los Angeles, le fait d’inhaler, de ...

Recommander cet article :

back-to-top