RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Les abeilles comprennent le concept de zéro…

Le monde immense et encore peu connu des insectes n'a décidément pas fini de nous étonner. On savait déjà que certains vertébrés maîtrisaient des concepts numériques complexes, notamment l'addition ou la notion de zéro, mais cette capacité restait à démontrer chez les insectes. Les abeilles sachant compter au moins jusqu'à 5, les chercheurs ont voulu en avoir le cœur net et les ont formées au concept de « plus grand que » et « plus petit que ».

Ils ont d'abord appris aux abeilles à venir boire de l'eau sucrée sur un dispositif expérimental associant une plate-forme à une image. La règle est simple : « Choisis l'image où il y a le moins d'éléments ». La bonne réponse apporte de l'eau sucrée tandis que la mauvaise confronte les abeilles à une solution amère de quinine. Une fois que les abeilles ont intégré le principe du jeu, les chercheurs leur proposent une image vide et une image avec plusieurs points.

En choisissant l'image vide comme étant celle comportant le moins d'éléments, les abeilles ont montré qu'elles étaient capables d'extrapoler en considérant que le zéro est inférieur à 5, 4, 3, 2 ou 1.

Découvert par plusieurs civilisations (Babylone, Inde, Mayas), le concept de zéro est considéré comme une avancée intellectuelle majeure dans l'histoire de l'Humanité. Il permet de représenter l'absence d'objet en inventant un nombre pour « le rien » tout en considérant qu'il est une quantité. Le cerveau, qui a évolué pour traiter des stimuli sensoriels, peut aussi concevoir l'absence de stimulus comme un objet concret.

Cette découverte montre de manière remarquable que les abeilles, qui n'ont qu'un million de neurones, possèdent des capacités d'abstraction suffisantes pour concevoir le zéro. Cette faculté est sans doute apparue sous la pression de l'évolution, à mesure que ces insectes devaient mettre en œuvre des stratégies complexes pour se nourrir et remplir leur différentes tâches de pollinisation.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CNRS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top