RTFlash

Une substance présente dans l'avocat détruit les cellules cancéreuses

Selon de récentes recherches menées par Paul Spagnuolo, professeur associé au département «Food Science» de l’Université de Guelph au Canada, l’avocat pourrait aider à combattre le cancer. Ce chercheur renommé, qui vient de recevoir le Luxembourg International Award in Bioinnovation, travaille en effet sur l’avocatine B, un lipide dérivé de l’avocat, qui possède une puissante activité antileucémique.

Les travaux de ce scientifique ont révélé les mécanismes cellulaires et moléculaires par lesquels l’avocatine B cible et élimine sélectivement les cellules souches leucémiques. Pourtant, à l'origine, ces recherches ne ciblaient pas spécialement l'avocat mais cette équipe, en passant en revue une multitude de composants contenus dans les fruits et légumes, a découvert que l'avocat contenait ce composant particulièrement efficace pour détruire les cellules cancéreuses. Le Professeur Spagnuolo précise toutefois que, dans l'état actuel de ses recherches, il est encore impossible de savoir si le simple fait de consommer des avocats peut avoir un effet protecteur contre certains cancers.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Le Quotidien

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Du fer en intraveineuse contre la fibromyalgie

    Du fer en intraveineuse contre la fibromyalgie

    Selon une étude réalisée par des chercheurs américains de la Vanderbilt University, le carboxymaltose ferrique, une formule de fer administré par perfusion intraveineuse et utilisé dans la prise en ...

  • Le thé vert, l'ami de notre cerveau...

    Le thé vert, l'ami de notre cerveau...

    En analysant l’ensemble du génome de Camillia sinensis, une équipe de scientifiques chinois a montré que les gènes responsables de la production de ces polyphénols ont été « copiés-collés » à de ...

  • Le nanokicking pour produire des greffons osseux

    Le nanokicking pour produire des greffons osseux

    Des chercheurs écossais de l’Université de Glasgow ont mis au point une nouvelle technique qui permet de développer, en laboratoire, des échantillons d'os minéralisés tridimensionnels adaptés aux ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top