RTFlash

Avenir

Les LED flexibles à nanofils ouvrent la voie vers des écrans pliables

Des chercheurs du CNRS, du CEA, de l'Université Paris-Sud et de l'Université Joseph Fourier ont mis au point un nouveau procédé pour obtenir des diodes électroluminescentes (LED) flexibles. Ces chercheurs ont ainsi fabriqué la première diode électroluminescente verte flexible et à nanofils au monde ainsi que le premier système multicouche combinant des émissions bleues et vertes, une étape cruciale avant d'obtenir des écrans et des ampoules blanches à LED déformables.

Les LED sont composées d'un matériau semi-conducteur hétérogène, une partie étant enrichie en électrons et l'autre en étant appauvrie. Le passage d'un courant électrique dans ce matériau hétérogène provoque l'émission d'un photon, et donc de lumière. Le choix du matériau semi-conducteur influence les caractéristiques lumineuses et physiques des LED. Il est ainsi possible d'obtenir des LED flexibles grâce à des polymères organiques pour constituer, par exemple, un écran pliable.

Pour obtenir à la fois une haute brillance et une grande longévité, les chercheurs ont utilisé des nanofils de nitrures englobés dans une couche de polymère, puis les ont détachés de leur substrat pour réaliser une membrane flexible. Ils ont ainsi fabriqué la première LED verte flexible à nanofils au monde, ainsi qu'une variante bleue. L'équipe a également combiné deux couches de nanofils de ces couleurs, afin d'obtenir une LED capable d'éclairer à la fois en vert et en bleu. Cette étape est importante car, une fois que le rouge sera ajouté, il sera possible d'émettre une lumière blanche et d'afficher des vidéos. Cette avancée ouvre la porte à des écrans, montres ou ampoules à LED déformables.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

NCBI

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • De nouveaux nanofils moléculaires luminescents

    De nouveaux nanofils moléculaires luminescents

    Des chercheurs de l'Institut parisien de chimie moléculaire (CNRS/UPMC) et de l'Institut de physique et chimie de Strasbourg (CNRS/Université de Strasbourg) viennent de ...

  • Un nanomatériau pour stocker l'énergie solaire

    Un nanomatériau pour stocker l'énergie solaire

    Des chercheurs de l'Institut Paul Scherrer (PSI) ont développé un nanomatériau efficace et peu coûteux, pouvant servir de catalyseur afin de stocker par exemple l'énergie solaire ou éolienne sous ...

  • Une puce électronique qui détecte le cancer

    Une puce électronique qui détecte le cancer

    Des chercheurs israéliens ont mis au point une puce capable de détecter dans notre haleine de minuscules molécules caractéristiques de dix-sept maladies. Pour mettre au point ce dispositif de ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top