RTFlash

L'électro-stimulation : une nouvelle arme prometteuse contre l'infection

Lutter contre les bactéries résistantes aux antibiotiques, comme le staphylocoque doré résistant à la Méthicilline (SARM), est un défi quotidien dans les soins de plaies chroniques. Une nouvelle technique émerge, l’électro-stimulation (ou e-stimulation) qui additionne peu à peu ses preuves d’efficacité. Une équipe de scientifiques de Washington a montré qu'il était possible d’éliminer ces bactéries sur la plaie, avec un pansement sans antibiotiques mais en utilisant la stimulation électrochimique.

Cette nouvelle étude confirme de bons taux d’efficacité pour la stimulation électrique contre les infections résistantes associées aux biofilms. Au départ, les chercheurs avaient fait l’hypothèse de pouvoir générer de faibles concentrations de peroxyde d'hydrogène par application d'un courant électrique sur un « échafaudage » conducteur. Ce flux continu de peroxyde d'hydrogène pourrait ensuite détruire les biofilms.

Pour tester cette hypothèse, l'équipe a appliqué ce dispositif conducteur en fibres de carbone sur des cultures de biofilms de bactéries A. baumannii. Au bout de 24 heures, la surface du biofilm est réduite de plus de 80 % sous l’effet du flux de peroxyde d'hydrogène. La même méthode, testée sur des prélèvements de tissus de porc, ne cause aucun dommage observable à l'échantillon de peau. Ces recherches confirment que, bien utilisée, la stimulation électrique peut contribuer à accélérer, de manière significative, la cicatrisation des plaies.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Advanced Tissue

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Un implant -vivant- pour régénérer le cartilage

    Un implant -vivant- pour régénérer le cartilage

    Pour parvenir à réparer le cartilage d’une articulation en cas de lésion ou de dégénérescence, des chercheurs spécialisés en nanomédecine régénérative, travaillant au sein de l’Université de ...

  • Première mondiale à Toulouse : greffe de rein par voie vaginale

    Première mondiale à Toulouse : greffe de rein par voie vaginale

    C’est une première mondiale médicale qui s’est déroulée il y a quelques semaines au CHU de Toulouse. Deux chirurgiens ont transplanté le rein d’une donneuse vivante à une receveuse par le vagin "en ...

  • Démence : un risque en diminution ?

    Démence : un risque en diminution ?

    Une étude menée par l'Université de Boston et basée sur les données de l’étude de Framingham (Framingham Heart Study), suggère que le taux d’apparition des nouveaux cas de démence semble diminuer. ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top