RTFlash

Un cocon pour les nouveau-nés mis au point à l'Hôpital Nord de Marseille

Un cocon pour permettre aux nouveau-nés, notamment les prématurés, de se tenir comme dans le ventre de leur mère va être commercialisé après avoir été mis au point à l'Hôpital Nord de Marseille, a annoncé le docteur Christian Palix, chef du service de néonatologie. "C'est une sorte de mousse qui s'adapte au tonus du bébé", a-t-il expliqué, "ils sont beaucoup mieux". Cet "utérus de suite", prévu pour les nouveau-nés jusqu'à l'âge de trois ou quatre mois, comporte une partie haute plus étroite pour la tête et une autre plus large pour les fesses. Un réducteur mobile permet d'adapter sa taille au niveau des jambes.

Les recherches à l'Hôpital Nord ont montré que "selon la posture, les bébés en soins intensifs n'avaient pas la même oxygénation, pas les mêmes risques durant le sommeil et pas les mêmes pathologies, en particulier celles liées au stress", selon le Dr Palix. Le stress peut entraîner des problèmes endocriniens et des modifications génétiques (épigénétisme), par exemple l'obésité. Pour tous les bébés, même ceux nés à terme, ce "nid" "évite les reflux gastro-oesophagiens fréquents et douloureux à cet âge, ainsi que l'aplatissement du crâne lorsqu'on couche le bébé sur le dos".

Il permet également d'éviter les déformations des hanches ou des épaules et favorise l'activité visuelle et la motricité. Les enfants cocon ont plus de dextérité, des mouvements plus naturels et communiquent mieux avec leurs parents. "Ce n'est pas possible qu'un bébé puisse être mis comme il l'est à la naissance, sur le dos, les membres écartés, alors que dans l'utérus il est recourbé et n'a pas la tête en hyper extension en arrière", dit le docteur Palix. "C'est non seulement un problème physique mais psychologique. Dans l'utérus, il touche sa main, son cordon ombilical". Les premières études à l'Hôpital Nord remontent à une dizaine d'années, avec l'ouverture d'un pavillon mère-enfant. Des cocons, variables selon l'âge et le poids des bébés, ont d'abord été fabriqués de manière artisanale.

Un brevet a été déposé en avril 2006 et avec le soutien de l'ONG féminine Soroptimist les cocons pourront être fabriqués et commercialisés à grande échelle.

Des études sont en cours avec la société française de distribution d'articles pour bébés Red Castle. Quelques dizaines de cocons vont être fabriqués d'abord pour les services de néonatologie, notamment pour les prématurés explique le Dr Palix, soulignant que 55.000 enfants prématurés naissent chaque année en France. "Ce sont les êtres les plus courageux que je connaisse", dit-il, "le confort et le positionnement ne sont vraiment pas superflus, ça fait partie des soins essentiels qu'on doit leur donner".

7 sur 7

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top