RTFlash

Des cafards très darwiniens !

Depuis une vingtaine d'années, les méthodes utilisées pour détruire les blattes et autres cafards reposent sur l'utilisation d'appâts empoisonnés à base de sucre. Mais en moins de 10 ans, ces pièges sont devenus inefficaces. Les cafards ont recommencé à se multiplier, ce qui a fortement intrigué la communauté scientifique.

Selon une étude réalisée par le Professeur Silverman de l'Université de Caroline du nord, si les cafards se multiplient à nouveau ce n'est pas parce qu'ils sont devenus résistants aux insecticides mais pour une autre raison plus étonnante : ces insectes refusent de manger des appâts contenant du sucre !

Ces recherches ont également montré que cette répulsion pour le sucre était d'origine génétique et se transmettait de génération en génération.

Le Professeur Silverman se dit stupéfait par ce mécanisme. Il précise en effet que dans la majorité des cas les mutations génétiques entraînent la perte d'une fonction biologique. Mais cette fois, les cafards ont acquis une nouvelle fonction, en l'occurrence activer des capteurs sensoriels gustatifs de l'amertume en présence de glucose.

"Menacés d'extermination, ces insectes ont réussi en seulement quelques années à modifier génétiquement leur système gustatif et à transmettre à leur descendance ce nouveau caractère acquis, ce qui constitue une extraordinaire démonstration de l'efficacité de la pression du milieu sur les génotypes et confirme de manière éclatante la théorie synthétique de l'évolution".

Le professeur Silverman ajoute : "Il s'agit d'une réponse génétique très rapide face aux très fortes pressions de la sélection provoquées par les insecticides".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

LAT

Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

    back-to-top