RTFlash

Vivant

Biologie : l'évolution peut aussi être lamarckienne !

Une équipe de l’Institut de biologie de l’École normale supérieure (CNRS/ENS/Inserm), dirigée par Eric Meyer, vient de montrer que, chez la paramécie, les types sexuels se transmettent de génération en génération par un mécanisme surprenant qui n'implique pas le génome, mais par de petites séquences d’ARN, transmises par le cytoplasme maternel. Celles-ci ont la capacité de bloquer certains gènes au cours du développement. Grâce à ce mécanisme, une paramécie peut acquérir un type sexuel nouveau et le transmettre à sa descendance sans qu’aucune modification génétique ne soit impliquée. Cette découverte fondamentale révèle donc un nouveau et remarquable mécanisme qui peut être utilisé par la sélection naturelle pour l’évolution des espèces.

Il y a déjà 70 ans, le chercheur Tracy Sonneborn avait remarqué que le type sexuel des paramécies ne se transmettait pas à la descendance en suivant les lois de l'hérédité de Gregor Mendel. Aujourd’hui, l’équipe d’Éric Meyer a réussi à montrer que la différence entre les types sexuels E et O tient à une protéine transmembranaire appelée mtA. Bien que le gène qui la code soit présent chez les deux types sexuels, il ne s’exprime que chez les individus E.

Les chercheurs ont ensuite montré  que le mécanisme par lequel, chez le type O, ce gène est inactivé utilise de petits ARN, appelés scnARN, qui sont produits durant la méiose. Ce processus "d'extinction" peut a priori toucher n’importe quel gène. Les paramécies peuvent donc, en théorie, transmettre à leur descendance sexuelle une infinie variété de versions de leur génome, à partir du même génome germinal.

Comme cela est le cas pour le mécanisme "classique" de l’hérédité darwinienne et génétique, ce mécanisme lamarckien peut entraîner parfois des erreurs de copies qui peuvent conférer, selon les conditions de l'environnement, un avantage sélectif. L'évolution des espèces aurait donc à sa disposition, à côté du mécanisme darwinien complété par la génétique, ce mécanisme lamarckien permettant la transmission de nouveaux caractères sans modifications génétiques…

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Modéliser le cancer pour mieux le combattre

    Modéliser le cancer pour mieux le combattre

    Des chercheurs américains des universités américaines d’Harvard et Johns Hopkins, en collaboration avec une équipe de l’Université d’Edimbourg (Ecosse), ont mis au point, à l’aide d’un algorithme ...

  • Le _Cœur sur puce_: prochaine révolution biomédicale ?

    Le _Cœur sur puce_: prochaine révolution biomédicale ?

    Le film montre des cellules humaines du muscle cardiaque en train de battre et pourtant ces images ne sont pas prises à l'intérieur d'un cœur mais proviennent d'une vidéo réalisée grâce à un ...

  • Leucémie : deux avancées majeures

    Leucémie : deux avancées majeures

    Pour la première fois, des chercheurs français dirigés par Philippe Leboulch, Philippe Rousselot et Stéphane Prost (CEA-Université Paris Sud et hôpital Mignot de Versailles) ont mis au point une ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top