RTFlash

Traduire à la vitesse de la pensée

Des chercheurs bulgares ont mis au point un algorithme de codage numérique de la parole humaine permettant à des personnes parlant des langues différentes de communiquer instantanément, chacune dans son idiome, au téléphone ou sur l'internet. Le système consiste en une "traduction de pensées entières formulées dans des phrases" explique Koïtcho Mitev, l'ingénieur qui a mis au point ce système. Les mots de chaque langue sont codés par un ordinateur qui les classe en verbes, noms, pronoms, adjectifs, etc... Cette différenciation permet à l'ordinateur d'effectuer une analyse syntaxique de la phrase pour formuler, dans une autre langue, la pensée exprimée. "Pour le faire, il détermine d'abord le mot représentant le verbe, puis le sujet et les autres parties de la phrase prononcée avant de formuler la phrase correspondante dans une autre langue conformément à sa grammaire ", précise Koïtcho Mitev. Le système permet "une libre communication, non seulement au téléphone et par l'internet, mais aussi de l'internet au téléphone et vice-versa", affirme-t-il. Il donne la possibilité "à chacun de lire chaque site internet en n'importe quelle langue". "Le système est basé sur l'idée que toutes les langues et dialectes sont 'égaux'. Il permettra de préserver toute la richesse linguistique de l'humanité", affirme le chercheur qui a fait breveter en octobre son système. L'inventeur cherche parallèlement un soutien financier pour élaborer un prototype en plusieurs langues. Un projet-pilote en trois ou quatre langues avec un nombre limité de mots coûterait entre 250.000 et 280.000 euros. Pour une application de la méthode à toutes les langues européennes, M. Mitev estime les investissements nécessaires entre 180 et 200 millions d'euros. Koïtcho Mitev, 55 ans, est l'ancien directeur d'une grande société d'Etat de construction. Ayant fait d'autres innovations techniques, il a créé après la fin du communisme sa propre entreprise de consultation, de marketing et d'innovations. Il a développé son invention avec les membres de sa famille. Son fils âgé de 27 ans a une maîtrise en gestion, son épouse slovaque est dessinatrice industrielle dans le bâtiment, et sa fille ingénieur et économiste travaille en Slovaquie. Pour ses recherches il a compté sur "l'appui moral" d'un ingénieur en informatique, le docteur Anguel Smrikarov, recteur adjoint de l'université de Roussé. Celui-ci estime que la méthode des Mitev "transformera nos idées de communication". Pour son application "de très grands investissements seront nécessaires non seulement pour élaborer le logiciel, mais aussi pour modifier la 'quincaillerie'", a-t-il déclaré. Le Bureau bulgare des brevets a breveté le système le 4 octobre 2002. Il doit être présenté aux milieux scientifiques bulgares lors d'une assemblée de chercheurs à l'université de Roussé, les 31 octobre et 1er novembre.

TF1 : http://www.tf1.fr/news/sciences/0,,953092,00.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top