RTFlash

Matière

Le solaire hybride, un outil d'avenir pour mieux recycler les déchets

Dans les Landes, un centre de gestion des ordures ménagères a montré qu'en combinant production de chaleur et d’électricité renouvelables, les panneaux thermovoltaïques pouvaient faciliter  le processus de valorisation des déchets et leur transformation en combustible.

Les panneaux solaires hybrides permettent de générer chaleur et électricité propres aux bâtiments, mais connaissiez-vous son autre vocation ? A Saint-Perdon (Landes), le centre de traitement des déchets du Syctom en a déployé afin d’optimiser un de ses processus de valorisation. La petite centrale thermovoltaïque installée sur le site intervient dans le séchage des déchets à haut pouvoir calorifique.

Ces ordures ultimes sont majoritairement composées de plastiques non recyclables, papiers, cartons et textiles souillés. Elles sont destinées à être transformées en « combustible solide de récupération » (CSR) sous forme de poudre ou de pellets, qui seront brûlées dans des cimenteries, incinérateurs ou chaufferies en substitution aux carburants traditionnels. Mais avant de livrer la matière aux fabricants de CSR, le centre de traitement doit les assécher. Pour cela, les déchets sont placés dans un hangar recouvert de panneaux thermovoltaïques.

À partir du rayonnement solaire, ils produisent de la chaleur et de l’électricité consommée par deux ventilateurs, qui propulsent l’air chaud sur les ordures. Un processus 100 % renouvelable qui permet d’élever la température ambiante de 5 à 10°C et ainsi faire passer de 35 à 18 % le taux d’humidité des déchets. La centrale est composée de 126 modules développant une puissance électrique cumulée de 38 kWc et 94 kW thermiques.

L’hybridation offre aux panneaux un beau rendement de 60 %, contre environ 20 % pour les modules photovoltaïques classiques. Le dispositif installé est d’autant plus intéressant qu’il régule la température des cellules en été. L’air brassé par les ventilateurs les refroidit, ce qui optimise davantage leur fonctionnement. L’installation a nécessité 600 000 € d’investissement, dont 97 000 € de subventions accordées par la région Nouvelle-Aquitaine. Elle devrait être rentabilisée en moins de 7 ans selon l’opérateur, grâce à la réduction des coûts de traitements des déchets.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Révolution Energétique

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Résultats concluants pour le premier parc éolien flottant semi-submersible

    Résultats concluants pour le premier parc éolien flottant semi-submersible

    Lancé en juillet 2020 et porté par Ocean Wind (une joint-venture 50/50 entre ENGIE et l’énergéticien portugais EDPR), à travers le consortium Windplus qui rassemble également Repsol et Principle ...

  • Stocker l’énergie dans les océans

    Stocker l’énergie dans les océans

    Le groupe d’ingénierie Segula Technologies va lancer les études de conception et de réalisation de son démonstrateur baptisé Remora. Il s'agit d'une solution de stockage massif d’énergie en mer par ...

  • Transformer le CO2 en carbone luminescent…

    Transformer le CO2 en carbone luminescent…

    En s’aidant d’une source de lumière visible, une équipe de recherche de l’Université d’Ottawa est parvenue à transformer le dioxyde de carbone (CO2) gazeux en carbone solide émettant de la lumière. ...

Recommander cet article :

back-to-top