RTFlash

Espace

Nouveau record dans la détection des galaxies les plus lointaines

Un nouveau record dans la détection des galaxies les plus lointaines de l'Univers vient d'être battu par des chercheurs français et suisses, avec l'observation d'une galaxie située à plus de 13 milliards d'années-lumière, a annoncé le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).Le compte rendu de cette découverte, effectuée par des astronomes de l'Observatoire Midi-Pyrénées (OMP), du Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (le LA2T, unité CNRS-Université Paul Sabatier/Toulouse-III) et de l'Observatoire et l'Université de Genève, est publié en ligne, lundi, sur le site de la revue européenne Astronomy and Astrophysics.

Il y a deux semaines seulement, à la réunion annuelle de l'Association Américaine pour le Progrès de la Science (American Association for the Advancement of Science/AAAS), à Seattle (Etat de Washington), une équipe internationale d'astronomes conduite par Jean-Paul Kneib, de l'Institut de Technologie de Californie (CALTECH) et de l'OMP, à Toulouse, avait annoncé la découverte de la galaxie la plus éloignée (donc aussi la plus vieille) jamais identifiée, censée remonter à moins d'un milliard d'années après l'explosion ayant donné naissance à notre Univers : le Big-Bang.

Comme l'équipe de Jean-Paul Kneib, c'est grâce à un phénomène de lentille gravitationnelle - un objet céleste hypermassif proche qui, déviant et amplifiant la lumière de la galaxie située loin derrière elle, la révèle (conformément à ce que prévoit la théorie de la relativité) -, que Roser Pelló (OMP) et Daniel Schaerer (Observatoire de Genève) et leurs collègues ont pu observer cette galaxie des débuts de l'histoire de l'Univers.

En observant un amas de galaxies, Abell 1835, dans le proche infrarouge, avec un des instruments du Télescope Géant (Very Large Telescope/VLT) de l'Observatoire Européen Austral (ESO) installé au Chili, les chercheurs ont ainsi découvert, révélé par cet amas, une galaxie à la lumière au décalage record vers le rouge du spectre.

Selon les théories standards, le décalage de la lumière d'un objet vers le rouge du spectre électromagnétique est proportionnel à son éloignement. La galaxie détectée par l'équipe franco-suisse, Abell 1835 IR1916, qui a un décalage spectral vers le rouge de 10, serait ainsi distante de 13,230 milliards d'années-lumière. Autrement dit, elle serait âgée de 13,230 milliards d'années et serait observée, sur la base d'un âge de l'Univers de 13,7 milliards d'années, 470 millions d'années après le Big-Bang. La galaxie dont la découverte avait été annoncée le 16 février à Seattle daterait, elle, de 750 millions d'années après le "début" de l'Univers.

CNRS : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top