RTFlash

Avenir

La Nasa développe un robot-chien pour explorer la Lune

Avec son faux air de chien, un petit robot à quatre pattes a parcouru des terrains parmi les plus hostiles des États-Unis pour compléter la préparation de la NASA à l’exploration spatiale. Baptisée "Spirit", la machine est développée par une équipe issue des meilleures universités américaines. Elle compte dans ses rangs des ingénieurs, mais aussi des chercheurs spécialisés en sciences cognitives, en géologie ou en astronomie.

Le programme appelé LASSIE (référence au héros canin de la série télévisée née dans les années 50) pour "Legged Autonomous Surface Science in Analog Environments" permet de recueillir des données sur les conséquences de la marche du robot dans des environnements très différents. Ainsi le déplacement de Spirit a été testé sur le sable des plages de la ville californienne de Manhattan Beach, dans le désert au Nouveau-Mexique ou dans la neige du mont Hood (Oregon) à 1800 mètres d’altitude. « L'objectif de ce projet est non seulement de se déplacer, mais aussi de recueillir des données scientifiques pendant que nous nous déplaçons », indique dans une déclaration relayée par CBS News, Ethan Fulcher, étudiant à l’Université de Californie du Sud et co-auteur du logiciel du robot.

Le but est de récolter le plus de données possibles. « Lorsque la jambe du robot glisse sur la glace ou s'enfonce dans la neige molle, cela nous incite à rechercher de nouveaux principes et de nouvelles stratégies susceptibles de repousser les limites du savoir humain et de permettre l'émergence de nouvelles technologies. Nous apprenons et nous nous améliorons à partir des échecs observés », indique Feifei Qian, cheffe du projet et professeure à l’école d’ingénierie de l’USC.

Satisfaite des résultats du projet, la Nasa vient d’allouer deux millions d’euros supplémentaires à l’équipe pour qu’elle puisse développer d’autres modèles plus perfectionnés du robot. Le retour de l’Homme sur la Lune est programmé pour 2026 et celui sur Mars est prévu à plus long terme. Les États-Unis voudraient pouvoir déployer des groupes de robots pour tester le sol et baliser des itinéraires sûrs pour les convois de matériels et de rovers qui se déplaceront dans des zones inconnues.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

L'Usine Nouvelle

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top