RTFlash

Avenir

Des nanotubes en or contre le virus respiratoire syncytial

 

Des chercheurs américains de l'Université Vanderbilt à Nashville (Tennessee), dirigés par le professeur James Crowe, ont découvert que des nanotubes composés de molécules d’or enrobées de protéines peuvent déclencher une réponse immunitaire puissante contre certains virus très pathogènes, comme le virus respiratoire syncytial, qui infecte environ 1 % de la population mondiale chaque année et provoque plusieurs centaines de milliers de morts par an dans le monde.

L' agressivité ce type de virus est notamment liée à l'existence d'une protéine spécifique, appelée F, qui tapisse la surface du virus. Cette protéine va agir comme un véritable cheval de Troie et permettre au virus de pénétrer dans les cellules. Jusqu'à présent, les biologistes n'ont pas réussi à mettre au point un vaccin spécifiquement actif contre cette protéine F.

Mais grâce à de minuscules nanotubes d'or, une taille très proche de celle du virus visé (environ 20 nanomètres de large et 55 nanomètres de long), les chercheurs ont pu concevoir une espèce de "Nanoleurre" qui permet de cibler spécifiquement cette protéine F et de l'exposer aux cellules dendritiques, une catégorie de cellules immunitaires pouvant combattre ce type de virus.

Ces recherches ont pu montrer qu'en combinant l'action de ces nanotubes enduits de protéine F avec celle des cellules dendritiques, il est possible de provoquer une forte réponse immunitaire spécifiquement orientée contre ce virus.

Selon le professeur Crowe, cette approche thérapeutiques nouvelle et prometteuse pourrait changer la donne médicale dans la lutte contre ce virus respiratoire syncytial, principale cause de pneumonie virale chez les enfants.

Ce chercheur est en outre persuadé que ce type de nanothérapie possède un vaste champ potentiel d'application et pourra dans le futur être utilisé de manière efficace contre de nombreux virus ou microbes.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

IOP

NanoWerk

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Des nanobulles de gaz contre le cancer…?

    Des nanobulles de gaz contre le cancer…?

    Une équipe de scientifiques de l’Université de Tel-Aviv en Israël est parvenue à détruire des tumeurs cancéreuses chez des souris grâce à de minuscules bulles gazeuses injectées dans la circulation ...

  • Des «nanotransporteurs» d’ADN pour traiter le cancer

    Des «nanotransporteurs» d’ADN pour traiter le cancer

    Une équipe de recherche de l'Université de Montréal a conçu et validé une nouvelle classe de transporteurs de médicaments fabriqués avec de l’ADN et 20 000 fois plus petits qu'un cheveu humain. Ils ...

  • Une nouvelle nanoparticule pour agir au cœur des cellules

    Une nouvelle nanoparticule pour agir au cœur des cellules

    Une équipe de l’Université de Genève (UNIGE) et de l’Université Ludwig-Maximilian de Munich (LMU) est parvenue à mettre au point une nanoparticule entièrement biodégradable capable de délivrer un ...

Recommander cet article :

back-to-top