RTFlash

Avenir

Des nanoparticules pour éviter un rejet de greffe de cornée

En France, on estime qu'environ une greffe de la cornée sur six conduit à un rejet. Une des difficultés tient au suivi du traitement par les patients après leur opération. Pour prévenir le rejet de greffe, ils doivent prendre pendant de longues périodes des immunosuppresseurs comme des stéroïdes. La lourdeur et la longueur de ce traitement font que les deux tiers des patients ne prennent pas leurs médicaments.

Les scientifiques du célèbre Centre Johns Hopkins, dirigés par Justin Hanes, ont donc cherché un moyen de prévenir les rejets en utilisant des nanoparticules biodégradables qui libèrent des médicaments après l’opération. Ils ont testé pendant deux mois sur des rats des nanoparticules d'acide poly-(lactide-co-glycolide), ou PLGA, d’une taille de 200 nm, et contenant un corticostéroïde de synthèse : le phosphate sodique de dexaméthasone (DSP).

Les nanoparticules ont délivré des doses de médicament pendant 15 jours in vitro et pendant au moins sept jours après leur administration chez des rats, ce qui a permis de prévenir des rejets de greffe pendant toute la durée de l’étude. 65 % du traitement est resté dans l’œil. Les rats ne montraient pas de signe de gonflement, présentaient moins de néovascularisations que ceux des autres groupes, et leur cornée restait claire. Ces travaux montrent donc que la libération contrôlée de corticostréroïdes de manière locale peut sensiblement réduire le taux de rejet de greffe de cornée.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Direct

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top