RTFlash

Matière

La nanoélectronique repousse les limites de la mémoire

La nanoélectronique pourrait décupler les performances des mémoires actuelles. Ce, dans le but d'améliorer les capacités de stockage des futurs appareils high tech grand public tout en réduisant la taille de leur mémoire. Le procédé, qui se sert de matériel courant, se distingue par son faible coût et sa compatibilité avec la plupart des produits disponibles sur le marché, de l'iPod au téléphone en passant par les appareils photos numériques. "La seule chose à faire est de disposer autrement des composants déjà installés dans les composants", souligne Michael Kosicki, directeur du CANi (Center for Applied Nanoionics), de l'université d'Arizona, à l'origine du projet.

Pour fonctionner, il utilise la nano-ionique, une technique qui permet de transférer de minuscules particules de matières sur un processeur. En clair : contrairement à l'électronique traditionnelle qui fait se mouvoir les électrons autour les particules chargées - ou ions - la nanoionique fait bouger les ions eux-mêmes. Un système qui, explique Michael Kosicki, "permet de bouger un objet de la taille d'un virus entre des électrodes en les faisant passer d'une résistance haute à une autre, basse".

Cette forme de stockage par la résistance est plus performante que les systèmes binaires traditionnels. De plus, elle consomme peu d'énergie et peut s'appliquer à de minuscules espaces. Autant d'avantages qui devraient lui permettre de s'intégrer parfaitement à des produits électroniques toujours plus petits et puissants. "Parce que notre procédé est peu énergivore, nous pouvons stocker un nombre important de données sans épuiser les capacités de la mémoire", conclut Michael Kosicki.

Atelier

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Résultats concluants pour le premier parc éolien flottant semi-submersible

    Résultats concluants pour le premier parc éolien flottant semi-submersible

    Lancé en juillet 2020 et porté par Ocean Wind (une joint-venture 50/50 entre ENGIE et l’énergéticien portugais EDPR), à travers le consortium Windplus qui rassemble également Repsol et Principle ...

  • Le CO2, sous le soleil exactement !

    Le CO2, sous le soleil exactement !

    La découverte de nouveaux catalyseurs capables de transformer à moindre coût un déchet en produit à valeur ajoutée dans le domaine de l’énergie et de la chimie verte est un enjeu majeur pour une ...

  • Une pile flexible et rechargeable

    Une pile flexible et rechargeable

    Des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), à Vancouver, ont mis au point une pile rechargeable flexible qui peut être mise au lavage. Selon le professeur en génie informatique ...

Recommander cet article :

back-to-top